Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2017-07-04-Speech-2-839-000"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20170704.44.2-839-000"1
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Ce rapport aurait pu s’intituler «dépouiller les États membres du dernier pouvoir régalien qu’ils conservaient encore». En effet, je m’étonne de la capacité de l’Union européenne à se définir un rôle diplomatique. Dans «nations unies», il y a le mot nation, et, malgré tous ses efforts prométhéens, l’Union n’est pas et ne sera jamais une nation. C’est d’autant plus dommage que le rapport mentionne des enjeux fondamentaux, comme la lutte contre la destruction et le trafic de biens culturels. Mais l’Union préfère gloser sur l’importance de renforcer le dialogue interculturel. Qu’en est-il des droits collectifs? Les droits des peuples et des nations à préserver et à valoriser leur patrimoine, leur histoire, leur langue et leurs traditions culturelles, ainsi qu'à lutter contre toute forme d'impérialisme culturel. C’est à la reconnaissance de ces droits que nous devrions œuvrer, à l’heure où les cultures nationales des États membres sont menacées de disparition par l’homogénéisation mondialiste, sommés de manger tous la même chose, d’écouter la même musique, de fondre nos valeurs dans un prétendu socle commun abstrait et hors sol. Le Parlement prétend vouloir défendre la culture? Qu’il commence par préserver ce qui en constitue le fondement, à savoir l’identité des peuples européens."@fr2
lpv:unclassifiedMetadata

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph