Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2012-07-05-Speech-4-263-000"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20120705.25.4-263-000"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@cs1
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@da2
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@de9
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@el10
"Mr President, the right of every woman to have control over her own body is a fundamental right. To use this right for political purposes, or indeed for party-political purposes, is not worthy of those who claim to defend the universalism of human rights, as recognised by the Universal Declaration of Human Rights and the International Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women. Some people on these benches, men more than women, are doing everything they can to undermine this right. They are fighting a rearguard action and, today, they are seeking to exploit an emergency session on human rights. It is pathetic. Feng Jianmei was subjected to a forced abortion, like other women in China, and elsewhere in the world. This heinous act, which violates Chinese law, must be condemned, as must all practices that prevent women from deciding freely whether or not to have a child. Internet networks have seized on this tragedy and opened a broad debate in China. An investigation is under way. China is a country of more than 1 300 million inhabitants. On account of its one-child policy, it is going to experience population ageing on a scale that has not been seen in the world. The Chinese authorities now seem ready to review this policy. We should encourage them, through political dialogue, to move in this direction."@en4
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@es21
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@et5
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@fi7
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@hu11
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@it12
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@lt14
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@lv13
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@mt15
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@nl3
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@pl16
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@pt17
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@ro18
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@sk19
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@sl20
"Monsieur le Président, le droit de chaque femme de disposer de son corps est un droit fondamental. Instrumentaliser ce droit à des fins politiques, voire politiciennes, n'est pas digne de ceux qui prétendent défendre l'universalisme des droits de l'homme tel qu'il est reconnu par la déclaration universelle des droits de l'homme et la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Certains, plus que certaines, sur ces bancs, tentent par tous les moyens de mettre ce droit en cause. Ils mènent un combat d'arrière-garde et, aujourd'hui, cherchent à instrumentaliser une séance d'urgence pour les droits de l'homme. C'est pitoyable. Feng Jianmei a subi un avortement forcé, comme d'autres femmes en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde. Cet acte odieux, contraire à la législation chinoise, doit être condamné, comme doivent l'être toutes les pratiques qui empêchent les femmes de décider librement d'avoir ou non un enfant. Les réseaux internet se sont emparés de ce drame et ont ouvert un large débat en Chine. Une enquête est en cours. La Chine est un pays de plus de 1 300 millions d'habitants. Elle va être confrontée, à cause de sa politique de l'enfant unique, à un vieillissement de sa population d'une ampleur jamais vue dans le monde. Les autorités chinoises semblent désormais prêtes à revoir cette politique. Encourageons-les, par le dialogue politique, à aller dans ce sens."@sv22
lpv:unclassifiedMetadata
"Marie-Christine Vergiat,"18,5,20,15,1,19,14,16,11,2,7,3,22,13,10,9,17,21,8,12
"auteure"18,5,20,15,1,19,14,16,11,2,7,3,22,13,10,9,17,21,8,12
lpv:videoURI

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Romanian.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
23http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph