Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2011-10-25-Speech-2-012-000"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20111025.5.2-012-000"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@cs1
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@da2
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@de9
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@el10
"Madam President, Mr Dominik, Commissioner, Parliament’s intention in tabling this oral question was to contribute to a debate that we feel is absolutely crucial. When the Commission took the initiative to present this European Semester proposal, the idea was that economic governance should include a period of time for establishing European guidelines. This is, to some extent, a step towards the creation of this infamous economic government. We, the European Parliament, are worried about the fact that there might be an economic government without an economic ‘parliament’. We would like to hear your assessment of the democratic legitimacy of this European Semester. How does democratic debate on this European Semester fit in? Political debate on economic policy guidelines is the foundation of every democracy. If you raise the level at which economic policy guidelines are decided, then you must pay heed to the democratic debate and deliberation on those guidelines. That is what the European Parliament is trying to ensure and what we are challenging you on. I note that, during the European Council on Sunday, you brought up the European Semester and you managed to do so without once mentioning the European Parliament, or even, I have to say, the national parliaments. Do you think that that is acceptable? Similarly, the Commission pledged to present its next Annual Growth Survey in December. Very well. So be it. Why, then, have you not discussed it with us? Where is the democratic debate on this issue? When you table your new proposal, which assessment of the cycle that has just ended will you base it on? How are you incorporating the achievement of the Europe 2020 strategy objectives in your analysis of this European Semester? Furthermore, as Ms Bowles said – and I fully support her on this and on many other points in this matter – we are asking you to be completely transparent with regard to the amendments that you make to the country-specific recommendations after discussing them with the Member States. Otherwise, this exercise has no legitimacy and is meaningless. When you adopt the Annual Growth Survey, how much importance do you really attach to that document? Is it just a bureaucratic document to keep the European Parliament happy, or is it a genuine policy document? Unless we are mistaken, and your real objective is the Euro Plus Pact. We want some explanations on this point, Commissioner."@en4
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@es21
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@et5
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@fi7
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@hu11
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@it12
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@lt14
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@lv13
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@mt15
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@nl3
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@pl16
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@pt17
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@ro18
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@sk19
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@sl20
"Madame la Présidente, Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Commissaire, en posant cette question orale, le Parlement a voulu s'inscrire dans un débat qui nous semble tout à fait essentiel. Lorsque la Commission a pris l'initiative de lancer cette proposition de semestre européen, l'idée était que, dans la gouvernance économique, il faut un temps pour l'orientation européenne. C'est un peu la contribution à la mise en place de ce fameux gouvernement économique. En tant que Parlement européen, nous nous inquiétons du fait qu'il puisse y avoir un gouvernement économique sans "parlement économique". Nous vous demandons quelle évaluation vous faites de la légitimité démocratique de ce semestre européen? Comment impliquer le débat démocratique autour de ce semestre européen? La question d'un débat politique autour des orientations de politique économique constitue le fondement de toute démocratie. Si vous rehaussez le niveau auquel se fait l'arbitrage des orientations de politique économique, vous ne pouvez pas ignorer le débat, la délibération démocratique autour de ces orientations. C'est ce que ce Parlement européen essaie de mettre en place et ce sur quoi nous vous interpellons. Je constate que, lors du Conseil européen qui s'est tenu dimanche, vous avez évoqué le semestre européen et vous vous êtes débrouillés pour le faire sans jamais faire référence au Parlement européen, ni même d'ailleurs – je dois le dire – aux parlements nationaux. Pensez-vous que cela soit soutenable? De la même manière, la Commission s'est engagée à mettre sur la table son prochain examen annuel de la croissance dès le mois de décembre. Très bien. Soit. Mais pourquoi n'en avez-vous pas discuté avec nous? Où est la délibération démocratique autour de cet enjeu? Lorsque vous allez mettre votre nouvelle proposition sur la table, sur la base de quelle évaluation du cycle qui vient de s'écouler allez-vous le faire? Comment intégrez-vous la mise en œuvre des objectifs de la stratégie Europe 2020 dans l'analyse de ce semestre européen? Par ailleurs, nous vous demandons – Mme Bowles l'a dit et je la soutiens totalement sur ce point, ainsi que sur beaucoup d'autres dans ce dossier – une transparence complète concernant les modifications que vous introduisez, après discussion avec les États membres, sur les recommandations spécifiques par pays. Autrement, cet exercice n'a pas de légitimité et n'a pas de sens. Lorsque vous adoptez l'examen annuel de la croissance, quelle importance accordez-vous au fond à ce document? Est-ce uniquement un document bureaucratique pour amuser le Parlement européen ou est-ce un vrai document d'orientation? À moins que nous ne soyons dans l'illusion et que votre véritable objectif ne soit le pacte euro-plus? Nous voulons des explications sur ce point, Monsieur le Commissaire."@sv22
lpv:unclassifiedMetadata
"Pervenche Berès,"18,5,20,15,1,19,14,16,11,22,7,2,3,10,13,21,9,17,12,8
"auteure"18,5,20,15,1,19,14,16,11,22,7,2,3,10,13,21,9,17,12,8
lpv:videoURI

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Romanian.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
23http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph