Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2007-04-23-Speech-1-138"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20070423.18.1-138"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d’efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu’il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d’être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s’agit de l’impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l’article 2 et à l’article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n’est pas l’objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l’échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d’appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d’une part, que les dispositions sont contraires à l’acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d’auteur et, d’autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C’est pourquoi je soutiens en l’occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l’amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@cs1
"Hr. formand! Vi ønsker alle at gøre fremskridt og effektivt straffe piratkopiering, som er økonomisk, socialt og kulturelt uacceptabelt, og hr. Zingaretti har gjort en stor indsats for at nå frem til dette kompromisforslag. Jeg er i denne debat imidlertid forbavset over den store forvirring blandt dem, som i deres forsvar af forbrugerne lader hånt om kunstnernes rettigheder, og blandt dem, som på en og samme tid forsvarer fællesskabskompetencen og ønsker, at de nationale domstole skal forblive suveræne enheder. Jeg mener, at der dér er nogle reelle problemer, som kræver at blive undersøgt nærmere. Jeg har under alle omstændigheder en klar holdning til et punkt, og det er tekstens kulturelle betydning. Jeg henviser til ændringsforslagene til artikel 2 og 3, som blev vedtaget af Retsudvalget. Der foreslås definitioner af intellektuelle ejendomsrettigheder. Det er ikke formålet med direktivet. Der foreslås en restriktiv formulering af forsætlig krænkelse og handelsrelateret. Det er i strid med de nationale domstoles skønsmæssige kompetence og vigtigst af alt, formår det rent faktisk ikke at gøre peer-to-peer-fildeling til en strafbar handling. Resultatet er, at bestemmelserne på den ene side er i strid med fællesskabsretten, navnlig direktivet fra 2001 om ophavsret, og på den anden side udgør en betydelig risiko for kunsten og den kulturelle diversitet, idet de underminerer de nationale love, som begrænser sådan adfærd, og dermed forringer kunstnernes rettigheder. Derfor støtter jeg i dette tilfælde ordlyden i det oprindelige forslag fra Kommissionen og under alle omstændigheder under vores debat ændringsforslag 30 af fru Bowles. Vi bevæger os ud på meget farlig grund, hvad angår den kulturelle diversitet."@da2
". Herr Präsident! Wir alle wollen vorankommen, und Nachahmungen, die aus wirtschaftlicher, gesellschaftlicher und kultureller Sicht nicht geduldet werden können, wirksam bestrafen, und Herr Zingaretti hat große Anstrengungen unternommen, um diesen Kompromissvorschlag zu erreichen. Dennoch bin ich betroffen über die große Verwirrung, die in dieser Aussprache unter jenen herrscht, die die Verbraucher verteidigen und sich dabei über die Rechte der Autoren und Interpreten hinwegsetzen, und jenen, die die Zuständigkeit der Gemeinschaft befürworten und gleichzeitig die Souveränität der nationalen Gerichte beibehalten möchten. Meines Erachtens gibt es hier echte Probleme, die es wert wären, eingehender beleuchtet zu werden. In einem Punkt habe ich jedenfalls klare Vorstellungen, nämlich zu den Auswirkungen dieses Textes auf die Kultur. Ich beziehe mich dabei auf die im Rechtsausschuss angenommenen Änderungsanträge zu Artikel 2 und Artikel 3. Darin werden Definitionen für die Rechte an geistigem Eigentum vorgeschlagen. Dies ist nicht Gegenstand der Richtlinie. Sie schlagen eine restriktive Fassung der Begriffe der vorsätzlichen Verletzung und des gewerblichen Umfangs vor. Dies beschneidet die Ermessensfreiheit der nationalen Gerichte und läuft vor allem darauf hinaus, den Austausch von Dateien zwischen Personen nicht unter Strafe zu stellen. Daraus folgt, dass die Bestimmungen einerseits dem gemeinschaftlichen Besitzstand zuwiderlaufen, insbesondere der Urheberrecht-Richtlinie aus dem Jahr 2001, und dass sie andererseits eine erhebliche Gefahr für das Kulturschaffen und die kulturelle Vielfalt darstellen, indem sie die nationalen Rechtsbestimmungen, die derartige Verletzungen der Rechte von Autoren und Interpreten unter Strafe stellen, untergraben. Deshalb unterstütze ich im vorliegenden Fall die Fassung des ursprünglichen Vorschlags der Kommission und in jedem Fall den in unserer Aussprache von Frau Sharon Bowles vorgelegten Änderungsantrag 30. Wir befinden uns hier auf einem für die kulturelle Vielfalt sehr gefährlichen Terrain."@de9
"Κύριε Πρόεδρε, όλοι θέλουμε να σημειωθεί πρόοδος και να παταχθεί η παραποίηση/απομίμηση, η οποία οικονομικά, κοινωνικά και πολιτιστικά είναι απαράδεκτη, και ο κ. Zingaretti έχει εργαστεί σκληρά, προκειμένου να καταλήξει σε αυτήν τη συμβιβαστική πρόταση. Ωστόσο, εντύπωση μου έχει κάνει στη συζήτηση αυτή η μεγάλη σύγχυση μεταξύ αυτών οι οποίοι, υπερασπιζόμενοι τους καταναλωτές, περιφρονούν τα δικαιώματα των δημιουργών και των ερμηνευτών και αυτών οι οποίοι, ταυτόχρονα, υπερασπίζονται την κοινοτική αρμοδιότητα και θέλουν τα εθνικά δικαστήρια να παραμένουν κυρίαρχες οντότητες. Πιστεύω ότι εδώ υπάρχουν ορισμένα πραγματικά προβλήματα τα οποία αξίζουν να μελετηθούν περισσότερο. Σε κάθε περίπτωση, έχω σαφείς ιδέες σχετικά με ένα θέμα, και αυτό είναι ο πολιτιστικός αντίκτυπος αυτού του κειμένου. Αναφέρομαι στις τροπολογίες στα άρθρα 2 και 3 που εγκρίθηκαν από την Επιτροπή Νομικών Θεμάτων. Αυτές προτείνουν ορισμούς δικαιωμάτων διανοητικής ιδιοκτησίας. Προτείνουν μια περιοριστική διατύπωση της σκόπιμης παραβίασης και της εμπορικής κλίμακας. Αυτό έρχεται σε αντίθεση με τη διακριτική ευχέρεια των εθνικών δικαστηρίων και, προπαντός, στην πραγματικότητα, υπολείπεται από το να καθιστά εγκληματική πράξη τη διομότιμη ανταλλαγή αρχείων μεταξύ χρηστών. Το αποτέλεσμα είναι ότι οι διατάξεις, αφενός, αντιβαίνουν στο κοινοτικό κεκτημένο, ιδιαίτερα στην οδηγία του 2001 σχετικά με τα συγγραφικά δικαιώματα, και αφετέρου, παρουσιάζουν σημαντικό κίνδυνο για τη δημιουργία και την πολιτισμική ποικιλομορφία, υπονομεύοντας τις εθνικές νομοθεσίες που περιορίζουν μια τέτοια συμπεριφορά και βλάπτοντας έτσι τα δικαιώματα συγγραφέων και ερμηνευτών. Αυτός είναι ο λόγος για τον οποίο, στην προκειμένη περίπτωση, υποστηρίζω τη διατύπωση της αρχικής πρότασης από την Επιτροπή, και, σε κάθε περίπτωση, στη συζήτησή μας, την τροπολογία 30 που κατέθεσε η κ. Bowles. Τα θέματα της πολιτισμικής ποικιλομορφίας είναι ιδιαίτερα σοβαρά."@el10
"Mr President, we all want to make progress and successfully clamp down on counterfeiting, which is economically, socially and culturally unacceptable, and Mr Zingaretti has worked hard to come up with this compromise proposal. However, I am struck, in this debate, by the great confusion among those who, in defending consumers, scorn the rights of creators and performers and those who, at the same time, defend Community competence and want the national judiciaries to remain sovereign entities. I believe that there are some real problems there that deserve to be looked at in more depth. I have clear ideas about one point, anyway, and that is the cultural impact of this text. I am referring to the amendments to Articles 2 and 3 that were adopted by the Committee on Legal Affairs. They propose definitions of intellectual property rights. That is not the aim of the directive. They propose a restrictive wording of intentional infringement and commercial scale. This goes against the discretion of the national courts and, above all, in fact, it falls short of making peer-to-peer file sharing a criminal act. The result is that the provisions, on the one hand, go against the particularly the 2001 Directive on copyright, and, on the other hand, present a considerable risk for creation and cultural diversity, by undermining the national laws that curb such behaviour, prejudicing as it does the rights of authors and performers. That is why, in this instance, I support the wording of the original proposal by the Commission and, in any case, in our debate, Amendment 30 tabled by Mrs Bowles. We are on very serious ground as far as cultural diversity is concerned."@en4
"Señor Presidente, todos queremos avanzar y poner coto efectivamente la falsificación, que es inadmisible desde el punto de vista económico, social y cultural, y el señor Zingaretti se ha esforzado mucho por llegar a esta propuesta de compromiso. No obstante, en este debate me ha chocado observar una gran confusión entre quienes, por defender a los consumidores, hacen caso omiso de los derechos de los creadores y los intérpretes, y quienes defienden la competencia comunitaria y, al mismo tiempo, desearían que las jurisdicciones nacionales siguieran siendo soberanas. Creo que son problemas reales en los que merecería la pena profundizar más. En todo caso, mis ideas están claras sobre un punto: el impacto cultural de este texto. Me refiero a las enmiendas a los artículos 2 y 3 que han sido aprobadas por la Comisión de Asuntos Jurídicos, que proponen definiciones de los derechos de propiedad intelectual. Este no es el objeto de la Directiva. Proponen una redacción restrictiva de la vulneración intencionada y de la escala comercial, lo cual es contrario a la libertad de apreciación de los tribunales nacionales y, sobre todo, conduce de hecho a no considerar un delito el acto de compartir ficheros entre particulares. De ello resulta, por una parte, que las disposiciones son contrarias al acervo comunitario, en particular la Directiva de 2001 sobre los derechos de autor y, por otra, que representan un riesgo considerable para la creación y la diversidad cultural, al poner en entredicho las legislaciones nacionales que reprimen tales comportamientos, contrarios a los derechos de los autores y los intérpretes. Por esta razón, en este caso apoyo la redacción de la propuesta original de la Comisión y, en todo caso, en nuestro debate, la enmienda 30 presentada por la señora Bowles. Esto es un asunto muy serio desde el punto de vista de la diversidad cultural."@es21
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@et5
"Arvoisa puhemies, me kaikki haluamme edistyä ja puuttua menestyksekkäästi väärentämiseen, jota ei voida hyväksyä taloudellisesti, yhteiskunnallisesti eikä kulttuurisesti, ja esittelijä Zingaretti on tehnyt ankarasti työtä tämän kompromissiesityksen laatimiseksi. Tässä keskustelussa minua hämmästyttää kuitenkin se valtava ristiriitaisuus, jota osoittavat ne, jotka kuluttajia puolustaessaan viittaavat kintaalla tekijöiden ja esittäjien oikeuksille, ja ne, jotka puolustavat yhteisön toimivaltaa ja haluavat samalla, että kansalliset tuomioistuimet pysyvät itsenäisinä. Mielestäni tällaiseen liittyy todellisia ongelmia, joita on tarkasteltava perusteellisemmin. Erään seikan osalta ajatukseni ovat kuitenkin hyvin selkeitä: kyse on tämän säädöksen kulttuurisesta vaikutuksesta. Viittaan tällä oikeudellisten asioiden valiokunnassa hyväksyttyihin tarkistuksiin, jotka koskevat 2 ja 3 artiklaa. Niissä ehdotetaan määritelmiä teollis- ja tekijänoikeuksille. Tämä ei ole direktiivin tarkoitus. Artikloissa ehdotetaan rajoittavaa sanamuotoa harkitulle loukkaamiselle ja kaupalliselle laajuudelle. Tämä on ristiriidassa kansallisten tuomioistuinten harkintavallan kanssa ja johtaa itse asiassa ennen kaikkea siihen, että tietokoneiden välinen tiedostojen jakaminen ei ole rikos. Tästä seuraa, että säännökset ovat yhtäältä yhteisön säännöstön, etenkin vuoden 2001 tekijänoikeusdirektiivin, vastaisia ja toisaalta, että ne ovat huomattava riski luomistyölle ja kulttuuriselle monimuotoisuudelle. Niissä nimittäin kyseenalaistetaan kansallinen lainsäädäntö, jolla torjutaan tällaista toimintaa, joka vahingoittaa tekijöiden ja esittäjien oikeuksia. Tämä on syy siihen, miksi tuen tässä tapauksessa komission alkuperäisen ehdotuksen sanamuotoa ja miksi tuen joka tapauksessa keskustelussamme Sharon Bowlesin esittämää tarkistusta 30. Kulttuurisen monimuotoisuuden kannalta kyse on hyvin vakavasta asiasta."@fi7
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@hu11
"Signor Presidente, vogliamo tutti compiere progressi per riuscire ad arginare la contraffazione, che sul piano sociale, economico e culturale è inammissibile, e l’onorevole Zingaretti si è adoperato molto per giungere a questa proposta di compromesso. Tuttavia, in questo dibattito mi colpisce constatare una grande confusione tra coloro che, difendendo i consumatori, calpestano i diritti dei creatori e degli interpreti e coloro che, al contempo, difendono la competenza comunitaria e vorrebbero che le giurisdizioni nazionali continuassero a essere sovrane. A mio parere, invece, esistono problemi concreti che meriterebbero di essere ulteriormente approfonditi. In ogni caso su un punto la mia posizione è chiara: l’impatto culturale del testo in esame. Mi riferisco agli emendamenti approvati dalla commissione giuridica agli articoli 2 e 3, che propongono definizioni dei diritti di proprietà intellettuale. L’oggetto della direttiva, però, non è questo. Tali emendamenti propongono una redazione restrittiva della violazione intenzionale e della scala commerciale, misura che è in contrasto con la libertà di valutazione dei tribunali nazionali e che soprattutto, nei fatti, non penalizzerebbe la condivisione di tra utenti. Ne deriva, da una parte, che le disposizioni contravvengono all’ comunitario, segnatamente la direttiva del 2001 sul diritto d’autore, e, dall’altra, presentano un considerevole rischio per la creazione e la diversità culturale, mettendo in discussione le legislazioni nazionali che reprimono determinati comportamenti, che pregiudicano i diritti degli autori e degli interpreti. Pertanto in questa occasione sostengo la versione originale del testo della Commissione e, in ogni caso, nel nostro dibattito appoggio l’emendamento n. 30 dell’onorevole Bowles. Ci troviamo infatti nel delicatissimo terreno della diversità culturale."@it12
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@lt14
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@lv13
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@mt15
"Mijnheer de Voorzitter, wij willen allemaal dat er effectief tegen namaak wordt opgetreden, omdat namaak economisch, maatschappelijk en cultureel ontoelaatbaar is. De heer Zingaretti heeft zich veel inspanningen getroost om tot dit compromisvoorstel te komen. In dit debat verbaast het mij echter dat er bij sommige collega’s sprake is van grote verwarring. Ik doel op degenen die de consument verdedigen en de rechten van makers en vertolkers van ondergeschikt belang achten, en op degenen die de bevoegdheid van de Gemeenschap veilig willen stellen en tegelijkertijd de soevereiniteit van de nationale rechterlijke instanties willen waarborgen. Volgens mij liggen hier grote problemen die verder moeten worden uitgediept. Op één punt is mijn visie helder: het betreft de culturele impact van deze tekst. Ik wil graag iets zeggen over de amendementen die de Commissie juridische zaken op de artikelen 2 en 3 heeft aangebracht. Daarin worden definities van de intellectuele-eigendomsrechten voorgesteld. Dat is niet het doel van de richtlijn. In deze amendementen wordt de reikwijdte van de begrippen “opzettelijke inbreuk” en “inbreuk op commerciële schaal” beperkt. Dat strookt niet met de interpretatievrijheid van de nationale rechterlijke instanties en heeft vooral tot gevolg dat het rechtstreeks uitwisselen van bestanden niet strafbaar wordt gesteld. Het gevolg is dat deze amendementen in strijd zijn met de Europese wetgeving, vooral de richtlijn van 2001 over het auteursrecht, en dat zij een aanzienlijk risico vormen voor het scheppingsproces en de culturele diversiteit. Gedrag dat in tegenspraak is met de rechten van auteurs en vertolkers wordt in nationale wetten verboden en die wetten komen door de bepalingen van deze amendementen op losse schroeven te staan. Daarom steun ik de formulering van het oorspronkelijke Commissievoorstel en in ons debat in ieder geval amendement 30 van mevrouw Sharon Bowles. Het gaat hier om een zeer ernstige zaak: de culturele verscheidenheid staat op het spel."@nl3
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@pl16
"Senhor Presidente, todos nós queremos fazer progressos e punir eficazmente a contrafacção que é, económica, social e culturalmente inadmissível, e a verdade é que o senhor deputado Zingaretti envidou grandes esforços para chegar a esta proposta de compromisso. No entanto, estou chocado por constatar neste debate uma grande confusão entre aqueles que, ao defender os consumidores, desprezam os direitos dos criadores e dos intérpretes e aqueles que, simultaneamente, defendem a competência comunitária, mas gostariam que as autoridades judiciais nacionais continuassem a ser soberanas. Creio que existem aqui vários problemas que precisam de ser analisados mais em profundidade. Há uma questão em que as minhas ideias são bem claras; trata-se do impacto cultural deste texto. Refiro-me às alterações aos artigos 2º e 3º adoptadas pela Comissão dos Assuntos Jurídicos. Estas propõem definições dos direitos de propriedade intelectual. Não é esse o objectivo da directiva. Propõem uma redacção restritiva da infracção intencional e da escala comercial. Isto é contrário à liberdade de apreciação dos tribunais nacionais e, sobretudo, acaba na verdade por não incriminar a partilha, pessoa a pessoa, do ficheiro descarregado. Daí resulta que, por um lado, as disposições são contrárias ao acervo comunitário, em especial à directiva de 2001 relativa aos direitos de autor e, por outro lado, apresentam um risco considerável para a criação e a diversidade cultural, pondo em causa as legislações nacionais que reprimem tais comportamentos prejudiciais aos direitos dos autores e dos intérpretes. Razão por que apoio no caso vertente a redacção da proposta original da Comissão e, em todo o caso, no nosso debate, a alteração 30 da senhora deputada Sharon Bowles. Nós estamos a trabalhar numa área extremamente séria para a diversidade cultural."@pt17
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@ro18
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@sk19
"Monsieur le Président, nous voulons tous avancer pour sanctionner efficacement la contrefaçon, qui est, économiquement, socialement et culturellement inadmissible, et M. Zingaretti a fait beaucoup d'efforts pour arriver à cette proposition de compromis. Cependant, je suis frappé dans ce débat de constater une grande confusion parmi ceux qui, défendant les consommateurs, font litière des droits des créateurs et des interprètes et ceux qui, tout à la fois, défendent la compétence communautaire et voudraient que les juridictions nationales continuent à être souveraines. Je crois qu'il y a là de véritables problèmes qui mériteraient d'être davantage approfondis. Sur un point en tout cas mes idées sont claires: il s'agit de l'impact culturel de ce texte. Je veux parler des amendements adoptés par la commission juridique à l'article 2 et à l'article 3. Ils proposent des définitions des droits de propriété intellectuelle. Ce n'est pas l'objet de la directive. Ils proposent une rédaction restrictive de la violation intentionnelle et de l'échelle commerciale. Ceci est contraire à la liberté d'appréciation des tribunaux nationaux et surtout, en fait, aboutit à ne pas incriminer le téléchargement de personne à personne. Il en résulte, d'une part, que les dispositions sont contraires à l'acquis communautaire, en particulier la directive de 2001 sur le droit d'auteur et, d'autre part, présentent un risque considérable pour la création et la diversité culturelle, en mettant en cause les législations nationales qui répriment de tels comportements contraires aux droits des auteurs et des interprètes. C'est pourquoi je soutiens en l'occurrence la rédaction de la proposition originale de la Commission exécutive et en tout cas, dans notre débat, l'amendement 30 de Mme Sharon Bowles. Nous sommes là sur un terrain très grave pour la diversité culturelle."@sl20
"Herr talman! Vi vill alla göra framsteg och ta hårdare tag mot varumärkesförfalskningen, som är ekonomiskt, socialt och kulturellt oacceptabel, och Nicola Zingaretti har arbetat hårt med detta kompromissförslag. I den här debatten slås jag dock av den stora förvirringen bland de personer som försvarar konsumenterna och hånar upphovsmännens och utövarnas rättigheter, och de som samtidigt försvarar gemenskapens behörighet och vill att de nationella domstolarna ska förbli suveräna enheter. Jag anser att det finns vissa verkliga problem här som vi måste titta närmare på. Jag har hur som helst en tydlig uppfattning om en fråga, och det är denna texts kulturella inverkan. Jag syftar på ändringsförslagen till artiklarna 2 och 3, som antogs i utskottet för rättsliga frågor. I dessa ändringsförslag föreslås definitioner av immateriella rättigheter. Det är inte direktivets syfte. I dessa definitioner föreslås en restriktiv ordalydelse för uppsåtligt intrång som begås i kommersiell omfattning. Detta strider mot de nationella domstolarnas handlingsutrymme och framför allt ligger det faktiskt mycket nära ett straffbeläggande av fildelning mellan privatpersoner. Följden är att bestämmelserna å ena sidan strider mot gemenskapens regelverk, framför allt direktivet om upphovsrätt från 2001, och att de å andra sidan utgör en avsevärd risk för skapandet och den kulturella mångfalden, genom att undergräva de nationella lagar som hindrar sådana handlingar, eftersom författarnas och utövarnas rättigheter skadas. Därför stöder jag i det här fallet ordalydelsen i kommissionens ursprungliga förslag och här under debatten stöder jag ändringsförslag 30 som ingetts av Sharon Bowles. Detta handlar om mycket allvarliga frågor om den kulturella mångfalden."@sv22
lpv:unclassifiedMetadata
"Jacques Toubon (PPE-DE ). –"18,5,20,15,1,19,14,16,11,13

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Romanian.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
23http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph