Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2006-06-01-Speech-4-196"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20060601.27.4-196"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
". - Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l’Union européenne: l’adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l’euro et considérations de bon sens sur l’état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l’ont adoptée (taux d’intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n’est pas nécessaire d’entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n’ont secoué qu’hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l’adoption de l’euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d’adhésion? Ce n’est pas à les informer sur le passage concret à l’euro dans leur pays qu’il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@cs1
"Her er en ny fase af EU's vilde flugt, nemlig nye medlemsstaters medlemskab af den fælles valuta. Langen-betænkningen forsøger at finde en ny balance mellem dogmatisk tilslutning til Maastricht-kriterierne og stabilitetspagten, ros til euroen og hensyn til sund fornuft vedrørende, hvorvidt landene er parate til at blive optaget, eller endog euroområdets kapacitet til at klare en udvidelse, som vil øge forskelligartetheden og følgelig problemerne i euroområdet. Den fælles valuta har et betydeligt ansvar for ringe vækst i de lande, som har vedtaget den (uhensigtsmæssige rentesatser og ufordelagtige valutakurser). Det er ikke nødvendigt at trække nye ofre ind i denne situation. Gad vide, om borgerne i disse lande, som først for nylig rystede kommunismens åg af sig, er klar over det uigenkaldelige tab af suverænitet, der følger med vedtagelsen af euroen? Er de først og fremmest klar over, at tabet af deres nationale valuta blev fastsat i tiltrædelsestraktaten? Vi skal ikke fokusere på at informere dem om det praktiske i forbindelse med overgangen til euroen i deres land, men i stedet om at høre dem igen ved hjælp af en folkeafstemning om tabet af deres valuta."@da2
". Jetzt befinden wir uns in einer weiteren Phase der Bestrebungen der Europäischen Union, die Flucht nach vorn zu ergreifen. Es geht um den Beitritt neuer Mitgliedstaaten zum Euro-Währungsgebiet. Der Bericht Langen versucht, ein Gleichgewicht zu schaffen zwischen dogmatischer Einhaltung der Maastricht-Kriterien und des Stabilitäts- und Wachstumspakts, dem Loblied auf den Euro und dem gesundem Menschenverstand in Bezug auf den Stand der Vorbereitung der Länder und selbst in Bezug auf die Fähigkeit des Eurogebiets, eine Erweiterung, die ihre Heterogenität und damit ihre Schwierigkeiten vergrößern wird, zu verkraften. Die gemeinsame Währung ist nicht unwesentlich verantwortlich für das geringe Wachstum der Staaten, in denen sie eingeführt wurde (unangemessene Zinssätze, ungünstige Wechselkurse, usw.). Man muss nicht noch weitere Opfer in diese Lage bringen. Ich frage mich auch, ob die Bürger der Länder, die erst vor kurzem das Joch des Kommunismus abgeschüttelt haben, sich des unwiederbringlichen Souveränitätsverlusts bewusst sind, der mit der Einführung des Euro einhergeht? Ist ihnen vor allem klar, dass der Verlust ihrer Landeswährung bereits im Beitrittsvertrag vorprogrammiert war? Es geht jetzt nicht darum, sie über die technischen Einzelheiten der Umstellung auf den Euro in ihren Ländern zu informieren, sondern darum, sie per Referendum erneut zur Abschaffung ihrer Währung zu befragen."@de9
". Να λοιπόν ένα νέο στάδιο της ορμητικής κίνησης της Ευρωπαϊκής Ένωσης προς τα εμπρός: η συμμετοχή των νέων κρατών μελών στη Νομισματική Ένωση. Η έκθεση Langen επιχειρεί να επιτύχει μια ισορροπία μεταξύ της δογματικής προσχώρησης στα κριτήρια του Μάαστριχτ και του Συμφώνου Σταθερότητας, της εξύμνησης του ευρώ και της κοινής λογικής σχετικά με την κατάσταση ετοιμότητας των χωρών ή ακόμα της ικανότητας της ευρωζώνης να αντεπεξέλθει σε μια διεύρυνση η οποία θα αυξήσει την ανομοιογένειά της και, συνεπώς, τις δυσκολίες της. Το ενιαίο νόμισμα έχει σημαντική ευθύνη για την περιορισμένη ανάπτυξη όσων κρατών το υιοθέτησαν (προβληματικά επιτόκια, ασύμφορες συναλλαγματικές ισοτιμίες). Δεν είναι απαραίτητο να σύρουμε νέα θύματα σε αυτήν την κατάσταση. Διερωτώμαι επίσης αν οι πολίτες αυτών των χωρών, που μόλις χθες αποτίναξαν τον κομμουνιστικό ζυγό, έχουν επίγνωση της ανεπανόρθωτης απώλειας κυριαρχίας που συνεπάγεται η υιοθέτηση του ευρώ. Έχουν, κυρίως, συνειδητοποιήσει, ότι η απώλεια του εθνικού τους νομίσματος είχε οριστεί στη Συνθήκη προσχώρησής τους; Δεν πρέπει να επικεντρωθούμε στην ενημέρωσή τους σχετικά με τα πρακτικά ζητήματα της μετάβασης στο ευρώ στις χώρες τους αλλά μάλλον να προχωρήσουμε σε νέα διαβούλευση μαζί τους, μέσω δημοψηφίσματος, για την απώλεια του νομίσματός τους."@el10
". Here is a new stage in the European Union’s headlong rush forward: new Member States’ membership of the single currency. The Langen report attempts to find a balance between dogmatic adherence to the Maastricht criteria and the Stability Pact, praise for the euro and considerations of good sense about the state of preparedness of the countries or even the euro zone’s capacity to cope with an enlargement which will increase its heterogeneity and, consequently, its difficulties. The single currency has a significant responsibility for poor growth in those States that have adopted it (inappropriate interest rates, disadvantageous exchange rates). It is not necessary to drag new victims into this situation. I wonder, also, whether the citizens of these countries, who only yesterday shook off the yoke of Communism, are aware of the irreparable loss of sovereignty involved in the adoption of the euro? Above all, are they aware that the loss of their national currency was laid down in their accession treaty? Informing them about the practicalities of the transition to the euro in their country is not what we should concentrate on, but rather on consulting them again, by means of a referendum, about the loss of their currency."@en4
". Aquí tenemos una nueva fase del precipitado avance de la Unión Europea: la adhesión de nuevos Estados miembros a la moneda única. El informe Langen intenta encontrar un equilibrio entre el cumplimiento dogmático de los criterios de Maastricht y el Pacto de Estabilidad, elogios al euro y consideraciones sensatas acerca del estado de preparación de los países o incluso de la capacidad de la zona euro para hacer frente a una ampliación que incrementará su heterogeneidad y, por lo tanto, sus dificultades. La moneda única es responsable en gran medida de un crecimiento pobre en aquellos Estados que la han adoptado (tipos de interés inapropiados, tipos de cambio desfavorables). No es necesario arrastrar a esta situación a nuevas víctimas. También me pregunto si los ciudadanos de esos países, que hasta ayer no consiguieron soltarse del yugo del comunismo, conocen la irreparable pérdida de soberanía que implica la adopción del euro. Sobre todo, ¿saben que la pérdida de su divisa nacional se estableció en su tratado de adhesión? No deberíamos concentrarnos en informarles acerca de las utilidades de la transición al euro en su país, sino en consultarles, una vez más, mediante un referendo, acerca de la pérdida de su divisa."@es20
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@et5
". Nyt on meneillään uusi vaihe Euroopan unionin syöksyessä suin päin eteenpäin: uudet jäsenvaltiot liittyvät yhteisvaluuttaan. Langenin mietinnössä yritetään saada keskinäiseen tasapainoon Maastrichtin kriteerien ja vakaussopimuksen piirun tarkka noudattaminen, euron ylistäminen ja maalaisjärkeä käyttäen tehty pohdinta maiden liittymisvalmiudesta ja euroalueen valmiuksista selviytyä laajentumisesta, joka lisää sen monimuotoisuutta ja sitä kautta vaikeuksia. Yhteisvaluutta on suurelta osin vastuussa kehnosta kasvusta sen käyttöön ottaneissa valtioissa (epäasiallinen korkotaso ja epäedulliset vaihtokurssit). Uusia uhreja ei enää kaivata. Ihmettelen samoin, tietävätkö kansalaiset noissa maissa, jotka ovat vasta karistaneet kommunismin ikeen niskastaan, että euron käyttöönottoon liittyy peruuttamaton itsemääräämisoikeuden menettäminen? Tietävätköhän he ylipäätään, että oman kansallisen valuutan menettäminen kirjattiin liittymissopimukseen? Meidän ei pitäisi keskittyä tiedottamaan heille euron käyttöönoton käytännön seikoista, vaan heitä olisi kuultava uudelleen kansanäänestyksessä siitä, haluavatko he menettää valuuttansa."@fi7
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@hu11
"Ecco una nuova fase della fuga in avanti dell’Unione europea: l’adesione di nuovi Stati membri alla moneta unica. La relazione Langen tenta di trovare un equilibrio tra rispetto dogmatico dei criteri di Maastricht e del Patto di stabilità, elogio dell’euro e considerazioni di buonsenso sullo stato di preparazione dei paesi o sulla capacità della zona dell’euro di sostenere un allargamento che ne aumenterà l’eterogeneità e quindi le difficoltà. La moneta unica ha una parte considerevole di responsabilità nella scarsa crescita degli Stati membri che l’hanno adottata (tassi di interesse inadeguati, tassi di cambio svantaggiosi). Non è necessario trascinare in questa situazione nuove vittime. Mi chiedo inoltre se i cittadini di questi paesi, che solo ieri si sono liberati dal giogo comunista, sono consapevoli della perdita irrimediabile di sovranità che l’adozione dell’euro comporta. Sono consapevoli soprattutto che la perdita della loro valuta nazionale era stata stabilita nel trattato di adesione? Più che impegnarci a informarli sul passaggio concreto all’euro nei loro paesi, dobbiamo consultarli di nuovo, con un sulla perdita della loro valuta."@it12
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@lt14
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@lv13
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@mt15
"Dit is het begin van een nieuwe fase in de vlucht naar voren van de Europese Unie: nieuwe lidstaten die de euro gaan invoeren. In het verslag-Langen wordt geprobeerd een evenwicht te vinden tussen dogmatisch vasthouden aan de criteria van Maastricht en het Stabiliteitspact, lof voor de euro en overwegingen van gezond verstand met betrekking tot de vraag in hoeverre de landen klaar zijn voor de euro en zelfs of de eurozone een uitbreiding aankan die de heterogeniteit en dus ook de problemen ervan alleen maar zal vergroten. De Europese munt is in hoge mate debet aan de zwakke groei in de lidstaten die de munt hebben ingevoerd (ondoelmatige rentetarieven, ongunstige wisselkoersen). Deze situatie hoeft niet nog meer slachtoffers te maken. Ik vraag me ook af of de burgers van deze landen, die nog maar net het juk van het communisme hebben afgeschud, beseffen dat invoering van de euro gepaard gaat met het onherstelbare verlies van hun soevereiniteit. En vooral, weten ze dat het verlies van hun nationale munteenheid voorzien was in hun Toetredingsverdrag? Het is niet zozeer zaak deze mensen te informeren over de praktische aspecten van de invoering van de euro in hun land als wel ze via een referendum opnieuw te raadplegen over het feit dat ze hun munteenheid kwijtraken."@nl3
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@pl16
"Estamos perante uma nova etapa da fuga precipitada para a frente da União Europeia: a adesão dos novos Estados-Membros à moeda única. O relatório Langen tenta encontrar um equilíbrio entre o respeito dogmático dos critérios de Maastricht e do Pacto de Estabilidade, elogios ao euro e considerações de bom senso sobre o estado de preparação dos países ou ainda a capacidade da zona euro de fazer frente a um alargamento que aumentará a sua heterogeneidade e, consequentemente, as suas dificuldades. A moeda única é responsável, em boa medida, pelo fraco crescimento nos Estados que a adoptaram (taxas de juros inadequadas, taxas de câmbio desvantajosas). Não é preciso arrastar novas vítimas para esta situação. Interrogo-me, igualmente, se os cidadãos desses países, que só ontem se libertaram do jugo comunista, estão conscientes da perda irreparável de soberania que implica a adopção do euro. Fundamentalmente, estão conscientes de que a perda da sua moeda nacional estava prevista no seu tratado de adesão? Não devemos concentrar-nos em informá-los sobre a passagem prática para o euro no seu país, mas em consultá-los de novo, através de um referendo, sobre o desaparecimento da sua moeda."@pt17
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@sk18
"Voilà une nouvelle étape de la fuite en avant de l'Union européenne: l'adhésion des nouveaux États membres à la monnaie unique. Le rapport Langen tente de trouver un équilibre entre respect dogmatique des critères de Maastricht et du pacte de stabilité, louanges à l'euro et considérations de bon sens sur l'état de préparation des pays ou même la capacité de la zone euro à supporter un élargissement qui accroîtra son hétérogénéité et donc, ses difficultés. La monnaie unique a une responsabilité non négligeable dans la faible croissance des États qui l'ont adoptée (taux d'intérêt inadaptés, taux de change pénalisant,...). Il n'est pas nécessaire d'entraîner dans cette situation de nouvelles victimes. Et je me demande si les citoyens de ces pays, qui n'ont secoué qu'hier le joug communiste, sont conscients de la perte irrémédiable de souveraineté que constitue l'adoption de l'euro? Sont-ils conscients, surtout, que la perte de leur monnaie nationale était programmée dans leur traité d'adhésion? Ce n'est pas à les informer sur le passage concret à l'euro dans leur pays qu'il faut se consacrer, mais à les consulter à nouveau, par référendum, sur la disparition de leur monnaie."@sl19
". Än en gång har vi en ny etapp i EU:s besinningslösa rusning framåt: nya medlemsstater ska införa den gemensamma valutan. I Langen-betänkandet försöker man hitta jämvikt mellan dogmatisk trohet gentemot Maastrichtkriterierna och stabilitetspakten, lovsång till euron och hänsyn till sunt förnuft i fråga om graden av beredskap i länderna, eller till och med euroområdets förmåga, att klara en utvidgning som ökar dess heterogenitet och följaktligen också dess svårigheter. Den gemensamma valutan har ett betydande ansvar för den dåliga tillväxten i de stater där den införts (olämpliga räntenivåer, ogynnsamma växelkurser). Nya offer behöver inte dras in i denna situation. Jag undrar också om medborgarna i dessa länder som igår skakade av sig kommunismens ok är medvetna om den oåterkalleliga förlust av oberoende som införandet av euro medför. Framför allt: Är de medvetna om att förlusten av deras nationella valuta angavs i anslutningsfördragen? Att informera dem om de praktiska omständigheterna kring övergången till euro i deras land är inte något vi bör fokusera på, utan snarare på att än en gång ge dem samråd, i form av en folkomröstning, om de är redo att mista sin valuta."@sv21
lpv:unclassifiedMetadata
"Bruno Gollnisch (NI ),"5,19,15,1,18,14,16,11,13,8
"par écrit"5,19,15,1,18,14,16,11,13,8

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph