Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2006-06-01-Speech-4-061"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20060601.5.4-061"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d’initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l’adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l’ensemble de leur communauté, il est vrai que d’autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d’inégalités préexistantes entre les sexes en matière d’alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l’esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu’elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l’intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n’est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s’il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu’il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@cs1
"Hr. formand! Min dybfølte lykønskning til fru De Keyser med det engagement, hun har udvist i initiativbetænkningen til Parlamentet. Hun har foretaget en metodisk analyse af såvel kvinders situation under væbnede konflikter som deres rolle i fredsprocesserne. Det mod, som mange kvinder udviser i modgang, modbeviser klichéen om, at kvinder er de mest sårbare medlemmer af samfundet i situationer med væbnet konflikt. Men når der udbryder krig, kan kvinderne ikke desto mindre være i stor fare. Selv om nogle af disse farer gælder for hele samfundet, er det korrekt, at nogle specifikt hænger sammen med det forhold, at de er kvinder. Millioner af kvinder lider under virkningerne af en ond cirkel med fattigdom, diskrimination og fanatisme, og det er ofte dem, der lider mest som følge af væbnede konflikter, navnlig på grund af eksisterende uligheder mellem kønnene hvad angår analfabetisme, sundhed og indkomst. Diskrimination imod kvinder er både årsag og virkning til de prøvelser, de udsættes for i krigstid. Det er af absolut vital betydning, at de humanitære udsendinge husker på dette og arbejder på at sikre, at kvinderne høres direkte og inddrages i alle de aktiviteter, der udføres til gavn for dem, således at de selv og deres børn kan udøve deres fulde ret til menneskelig værdighed og integritet. Kvindernes stemme høres stadig ikke ved fredsforhandlingerne, og deres behov og interesser medtages ikke i fredstraktaterne. Betænkningen viser, at de foranstaltninger, der blev givet mulighed for i Beijing-handlingsprogrammet, stadig ikke er blevet gennemført her 10 år efter. Det er klart, at kvinders skæbne påvirkes af krig og kun kan forbedres, hvis der findes politiske vilje til at gøre det. Fru kommissær, det har De bevist. Regeringen og de internationale og regionale institutioner skal øge kvinders deltagelse i alle fora og aktiviteter vedrørende fred på alle niveauer, og vi må ikke glemme, at der ved uddannelse af anklagere, dommere og andre med ansvarsfulde hverv, skal tages højde for forskellene mellem de to køn."@da2
". Herr Präsident! Ich möchte Frau Keyser aufrichtig zu ihrem Engagement für den unserem Parlament vorgelegten Initiativbericht beglückwünschen. Darin analysiert sie systematisch die Lage der Frauen in bewaffneten Konflikten, aber auch ihre Rolle im Friedensprozess. Der Mut, den viele Frauen angesichts ihres Schicksals an den Tag legen, widerspricht dem Klischee, demzufolge Frauen in bewaffneten Konflikten stets die schwächsten Glieder der Gesellschaft sind. Kommt es zum Krieg, können Frauen jedoch großen Gefahren ausgesetzt sein. Auch wenn sie bestimmte Risiken mit der Gemeinschaft, in der sie leben, teilen, so ist doch wahr, dass andere Gefahren speziell mit ihrer Stellung als Frau zu tun haben. Millionen Frauen leiden unter den Folgen des Teufelskreises von Armut, Diskriminierung und Fanatismus, und häufig sind sie es, die am meisten unter bewaffneten Konflikten leiden, vor allem auf Grund bereits bestehender geschlechtsbedingter Ungleichbehandlung in Bezug auf Alphabetisierung, Gesundheit und Einkommen. Die Diskriminierung von Frauen ist gleichzeitig Ursache und Folge der Entbehrungen, die sie in Kriegszeiten erleiden müssen. Für humanitäre Helfer ist es unerlässlich, sich dieser Umstände stets bewusst zu sein und bei ihrer Arbeit darauf zu achten, dass Frauen unmittelbar zu Rate gezogen und sie eng in alle Aktivitäten zu ihren Gunsten einbezogen werden, damit sie und ihre Kinder ihr Recht auf Würde und Unversehrtheit der Person umfassend wahrnehmen können. Die Stimme der Frauen wird an den Friedensverhandlungstischen noch immer nicht gehört, ihre Bedürfnisse und Interessen werden in Friedensverträgen nicht berücksichtigt. Der Bericht zeigt auf, dass die von der Pekinger Plattform beschlossenen Maßnahmen zehn Jahre danach noch immer wirkungslos sind. Es ist offensichtlich, dass die Lage der vom Krieg betroffenen Frauen nur dann verbessert werden kann, wenn der politische Wille vorhanden ist. Frau Kommissarin, Sie bestätigen es. Die Regierungen und die internationalen und regionalen Institutionen sollten die Beteiligung von Frauen in allen Foren und Friedensaktivitäten auf allen Ebenen fördern, wobei nicht zu vergessen ist, den Staatsanwälten, Richtern und anderen Verantwortlichen eine Ausbildung zuteil werden zu lassen, die den geschlechtsspezifischen Fragen Rechnung trägt."@de9
"Κύριε Πρόεδρε, συγχαίρω ειλικρινά την κ. De Keyser για τον ζήλο τον οποίο επέδειξε στην έκθεση πρωτοβουλίας που υποβλήθηκε στο Κοινοβούλιο. Αναλύει μεθοδικά τόσο την κατάσταση των γυναικών στις ένοπλες συρράξεις όσο και τον ρόλο τους στην ειρηνευτική διαδικασία. Το σθένος που επιδεικνύουν πολλές γυναίκες ενάντια στις αντιξοότητες διαψεύδει το στερεότυπο, σύμφωνα με το οποίο οι γυναίκες θεωρούνται τα πιο ευάλωτα μέλη της κοινωνίας σε καταστάσεις ενόπλων συγκρούσεων. Ωστόσο, όταν ξεσπά ένας πόλεμος, οι γυναίκες ενδέχεται να διατρέχουν μεγάλους κινδύνους. Και αν κάποιοι από αυτούς απειλούν το σύνολο της κοινότητάς τους, όμως είναι αλήθεια ότι ορισμένοι άλλοι συνδέονται ειδικότερα με τη γυναικεία τους υπόσταση. Εκατομμύρια γυναικών υφίστανται τις συνέπειες του φαύλου κύκλου της φτώχειας, των διακρίσεων και του φανατισμού και συχνά αυτές υποφέρουν περισσότερο στις ένοπλες συρράξεις, κυρίως λόγω προγενέστερων ανισοτήτων ανάμεσα στα δύο φύλα, σε θέματα στοιχειώδους μόρφωσης, υγείας και εισοδήματος. Η διάκριση κατά των γυναικών αποτελεί συγχρόνως αιτία και συνέπεια των κακουχιών που υπομένουν σε καιρό πολέμου. Έχει απολύτως ζωτική σημασία αυτό να μην το λησμονούν όσοι προσφέρουν ανθρωπιστική εργασία και να φροντίζουν, ώστε να ζητείται απευθείας η γνώμη των γυναικών και να συμμετέχουν ενεργά σε όλες τις δραστηριότητες που αναλαμβάνονται προς όφελός τους, προκειμένου τόσο οι ίδιες όσο και τα παιδιά τους να μπορούν να ασκούν πλήρως το δικαίωμά τους στην ανθρώπινη αξιοπρέπεια και ακεραιότητα. Η φωνή των γυναικών εξακολουθεί να μην ακούγεται στο τραπέζι των ειρηνευτικών διαπραγματεύσεων· οι συνθήκες ειρήνης δεν λαμβάνουν υπόψη τις ανάγκες και τα συμφέροντά τους. Η έκθεση καταδεικνύει ότι οι εντεταλμένες από την πλατφόρμα του Πεκίνου δράσεις εξακολουθούν να παραμένουν, δέκα χρόνια μετά, χωρίς αποτέλεσμα. Είναι σαφές ότι η μοίρα των γυναικών που έχουν υποστεί τα δεινά πολέμων δεν μπορεί να βελτιωθεί παρά μόνον αν υπάρξει πολιτική βούληση. Κυρία Επίτροπε, το έχετε δείξει αυτό. Η κυβέρνηση καθώς και οι διεθνείς και περιφερειακοί οργανισμοί πρέπει να αυξήσουν τη συμμετοχή των γυναικών σε όλα τα βήματα διαλόγου και τις ειρηνευτικές δραστηριότητες σε όλα τα επίπεδα και δεν πρέπει να λησμονούμε ότι είναι απαραίτητη η παροχή στους εισαγγελείς, τους δικαστές και τους άλλους ιθύνοντες, μιας κατάρτισης που θα λαμβάνει υπόψη τις διαφορές μεταξύ των δύο φύλων."@el10
"Mr President, I congratulate Mrs De Keyser in all sincerity on the commitment she has shown in the own-initiative report presented to Parliament. She has undertaken a methodical analysis both of the situation of women in armed conflicts and of their role in peace processes. The courage shown by many women in the face of adversity gives the lie to the cliché that depicts women as the most vulnerable members of society in situations of armed conflict. Nonetheless, when war breaks out, women may be in great danger. Whilst some of these risks are common to the whole of their community, it is true that others are specifically related to the fact that they are women. Millions of women are suffering under the effects of the vicious cycle of poverty, discrimination and fanaticism, and they are often the ones who suffer the most from armed conflicts, particularly due to pre-existing inequalities between the sexes in terms of literacy, health and income. Discrimination against women is both the cause and the consequence of the hardships they suffer in times of war. It is absolutely vital for humanitarian workers to bear that in mind and to work to ensure that women are directly consulted and closely involved in all the activities undertaken for their benefit, so that they and their children can fully exercise their right to human dignity and integrity. The voice of women is still not being heard at the peace negotiating tables, and their needs and interests are not being taken into consideration in peace treaties. The report demonstrates that, 10 years on, the actions mandated by the Beijing Platform have still had no effect. It is clear that the fate of women affected by war can only be improved if there is the political will to do so. Commissioner, you have demonstrated this. The government and the international and regional institutions need to increase the participation of women in all the forums and activities related to peace at all levels, and we must not forget that training for prosecutors, judges and other people with responsibility must take account of the differences between the sexes."@en4
"Señor Presidente, quiero expresar mi más sincero agradecimiento a la señora De Keyser por el compromiso demostrado en el informe de iniciativa propia presentado al Parlamento. Ha realizado un análisis metódico tanto de la situación de la mujer en los conflictos armados, como de su papel en los procesos de paz. La valentía demostrada por muchas mujeres frente a la adversidad contradice el tópico que describe a las mujeres como los miembros más vulnerables de la sociedad, en situaciones de conflicto armado. No obstante, cuando estalla la guerra, las mujeres pueden correr un gran peligro. A pesar de que algunos de estos riesgos son comunes para toda su comunidad, es cierto que otros están específicamente relacionados con el hecho de que sean mujeres. Millones de mujeres están sufriendo bajo los efectos del círculo vicioso de la pobreza, la discriminación y el fanatismo, y suelen ser las que más sufren en los conflictos armados, particularmente debido a las desigualdades preexistentes entre ambos sexos desde el punto de vista de la alfabetización, la salud y la renta. La discriminación contra las mujeres es tanto la causa como la consecuencia de las miserias que sufren en tiempos de guerra. Es absolutamente fundamental que los trabajadores humanitarios tengan eso en cuenta y que trabajen para asegurarse de que las mujeres sean directamente consultadas y estrechamente implicadas en todas las actividades realizadas en su beneficio, de forma que ellas y sus hijos puedan ejercer plenamente su derecho a la integridad y la dignidad humana. La voz de las mujeres todavía no se oye en las mesas de negociación de los procesos de paz y sus necesidades e intereses no se tienen en cuenta en los tratados de paz. El informe demuestra que, 10 años después, las acciones encomendadas por la Plataforma de Beijing todavía no han tenido ningún efecto. Está claro que el destino de las mujeres afectadas por la guerra solamente se puede mejorar si existe la voluntad política de hacerlo. Señora Comisaria, usted ha demostrado esto. El Gobierno y las instituciones regionales e internacionales necesitan aumentar la participación de las mujeres en todos los foros y actividades relacionadas con la paz a todos los niveles, y no debemos olvidar que la formación de los fiscales, jueces y otras personas con responsabilidad debe tener en cuenta las diferencias de género."@es20
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@et5
"Arvoisa puhemies, onnittelen jäsen De Keyseriä erittäin vilpittömästi sitoutuneisuudesta, jota hän on osoittanut parlamentille esitellyssä valiokunta-aloitteisessa mietinnössä. Hän on analysoinut järjestelmällisesti sekä naisten tilannetta aseellisissa konflikteissa että heidän rooliaan rauhanprosesseissa. Rohkeus, jota monet naiset osoittavat kohdatessaan vastoinkäymisiä, osoittaa vääräksi kliseen naisista yhteiskunnan haavoittuvimpina jäseninä aseellisissa konflikteissa. Sodan syttyessä naiset saattavat kuitenkin olla suuressa vaarassa. Vaikka jotkut näistä riskeistä ovat yhteisiä koko heidän yhteisölleen, on totta, että toiset riskit liittyvät nimenomaisesti siihen, että kyseessä ovat naiset. Miljoonat naiset kärsivät köyhyyden, syrjinnän ja fanatismin noidankehän vaikutuksista, ja juuri naiset kärsivät usein eniten aseellisista selkkauksista, mikä johtuu erityisesti sukupuolten välillä jo pitkään vallinneesta eriarvoisuudesta luku- ja kirjoitustaidon, terveyden ja tulojen osalta. Naisiin kohdistuva syrjintä on sekä heidän sodan aikana kohtaamiensa vastoinkäymisten syy että niiden seuraus. Humanitaaristen avustustyöntekijöiden on ehdottoman tärkeää pitää tämä mielessä ja pyrkiä varmistamaan, että naisia kuullaan ja että naiset ovat tiiviisti osallisina kaikissa heidän hyväkseen toteutettavissa toimissa, jotta he ja heidän lapsensa voivat hyödyntää täysimääräisesti oikeuttaan ihmisarvoon ja koskemattomuuteen. Naiset eivät saa edelleenkään ääntään kuuluville rauhanneuvotteluissa, eikä heidän tarpeitaan ja etujaan oteta huomioon rauhansopimuksissa. Mietinnössä osoitetaan, ettei Beijingin toimintaohjelmassa vahvistetuilla toimilla ole edelleenkään ollut vaikutusta, vaikka toimintaohjelman antamisesta on kulunut jo 10 vuotta. On selvää, että sodasta kärsivien naisten kohtaloa voidaan parantaa vain, jos siihen on poliittista tahtoa. Arvoisa komission jäsen, te olette osoittanut tällaista poliittista tahtoa. Jäsenvaltioiden hallitusten sekä kansainvälisten ja alueellisten instituutioiden on lisättävä naisten osallistumista kaikkiin rauhaan liittyviin foorumeihin ja toimiin kaikilla tasoilla, emmekä saa unohtaa, että syyttäjien, tuomareiden ja muiden vastuullisissa tehtävissä toimivien henkilöiden koulutuksessa on otettava huomioon sukupuolten väliset erot."@fi7
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@hu11
"Signor Presidente, mi congratulo in tutta sincerità con l’onorevole De Keyser per l’impegno di cui ha dato prova nella relazione d’iniziativa che ha presentato al Parlamento. Ha intrapreso un’analisi metodica della situazione delle donne nei conflitti armati e del loro ruolo nei processi di pace. Il coraggio dimostrato da molte donne di fronte alle avversità sfata il luogo comune che dipinge le donne come i membri più vulnerabili della società in situazioni di conflitto armato, anche se, tuttavia, quando scoppia una guerra, le donne possono essere in grave pericolo. Mentre alcuni rischi sono comuni a tutta la comunità di cui fanno parte, è vero che altri sono legati in modo specifico al fatto che sono donne. Milioni di donne subiscono gli effetti del circolo vizioso di povertà, discriminazione e fanatismo, e sono spesso quelle che subiscono in maggior misura le conseguenze dei conflitti armati, in particolare a causa di disuguaglianze preesistenti tra i sessi in termini di alfabetizzazione, salute e reddito. Le discriminazioni contro le donne sono causa e conseguenza delle estreme difficoltà in cui si trovano nei periodi di guerra. E’ assolutamente fondamentale che gli operatori umanitari lo tengano presente e si adoperino per far sì che le donne vengano consultate direttamente e strettamente coinvolte in tutte le attività intraprese a loro vantaggio, in modo che le donne e i loro figli possano esercitare pienamente il diritto alla dignità e all’integrità della persona umana. Ai tavoli dei negoziati di pace continua a non sentirsi la voce delle donne e le loro esigenze e i loro interessi non vengono presi in considerazione nei trattati di pace. La relazione dimostra che, a dieci anni di distanza, le azioni previste dalla piattaforma di Pechino non hanno ancora avuto alcun effetto. E’ chiaro che la sorte delle donne colpite da una guerra può essere migliorata soltanto se esiste la volontà politica di farlo. Signora Commissario, lei ha dimostrato di averla. I governi e le istituzioni internazionali e regionali devono aumentare la partecipazione delle donne in tutte le sedi e le attività relative alla pace a tutti i livelli, e non dobbiamo dimenticare che la formazione per i procuratori, i giudici e altre persone responsabili deve tenere conto delle differenze tra i sessi."@it12
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@lt14
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@lv13
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@mt15
"Mijnheer de Voorzitter, ik wilde mevrouw De Keyser oprecht feliciteren met het engagement waarvan ze blijk heeft gegeven in het aan ons Parlement voorgelegde initiatiefverslag. Ze heeft zowel de situatie van vrouwen in gewapende conflicten als hun rol bij vredesprocessen op methodische wijze geanalyseerd. De moed van veel vrouwen die met tegenspoed worden geconfronteerd ontkracht het cliché dat vrouwen in gewapende conflicten de meest kwetsbare leden van de bevolking zijn. Wanneer er oorlog uitbreekt, kunnen vrouwen niettemin groot gevaar lopen. Een aantal van deze risico’s geldt weliswaar voor hun hele gemeenschap, maar andere gevaren hangen direct samen met het feit dat ze vrouw zijn. Miljoenen vrouwen worden getroffen door de gevolgen van de vicieuze cirkel van armoede, discriminatie en fanatisme, en zij zijn vaak degenen die het meest te lijden hebben onder gewapende conflicten, voornamelijk vanwege reeds bestaande verschillen tussen de geslachten tan aanzien van geletterdheid, gezondheid en inkomen. Discriminatie van vrouwen is zowel de oorzaak als het gevolg van de ontberingen waaraan ze in oorlogstijd blootstaan. Humanitaire hulpverleners moeten dit absoluut in gedachten houden en vrouwen rechtstreeks raadplegen en nauw betrekken bij alle activiteiten die ten behoeve van hen ondernomen worden, zodat zij en hun kinderen hun recht op menselijke waardigheid en integriteit ten volle kunnen uitoefenen. De stem van vrouwen wordt nog altijd niet gehoord bij vredesonderhandelingen, en met hun wensen en belangen wordt geen rekening gehouden in vredesverdragen. In het verslag wordt aangetoond dat de maatregelen die zijn genomen op grond van het actieplatform van Peking tien jaar later nog altijd niks hebben uitgehaald. Het is duidelijk dat het lot van vrouwen in oorlogssituaties alleen kan worden verbeterd als de politieke wil hiertoe bestaat. Mevrouw de commissaris, u hebt daarvoor het bewijs geleverd. De regering en de internationale en regionale instellingen moeten erop toezien dat op alle niveaus meer vrouwen deelnemen aan alle fora en activiteiten die betrekking hebben op vrede, en laten we niet vergeten dat in de opleiding van aanklagers, rechters en andere gezagsdragers aandacht moet worden besteed aan de verschillen tussen de seksen."@nl3
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@pl16
"Senhor Presidente, felicito sinceramente a senhora deputada De Keyser pelo empenho que demonstrou no relatório de iniciativa apresentado ao Parlamento, no qual procedeu a uma análise metódica da situação das mulheres nos conflitos armados e do seu papel nos processos de paz. A coragem de que muitas mulheres dão provas face à adversidade contradiz a ideia estereotipada de que as mulheres são os membros mais vulneráveis da população em situações de conflito armado. No entanto, quando uma guerra eclode, as mulheres podem correr grandes perigos. Embora alguns destes riscos sejam comuns a toda a sua comunidade, é verdade que outros estão especificamente ligados à sua condição de mulheres. Milhões de mulheres sofrem os efeitos do círculo vicioso da pobreza, da discriminação e do fanatismo e são frequentemente elas que sofrem mais com os conflitos armados, especialmente devido a desigualdades pré-existentes entre os sexos em matéria de alfabetização, de saúde e de rendimentos. A discriminação contra as mulheres é simultaneamente uma causa e uma consequência das privações de que são vítimas em tempos de guerra. É absolutamente vital que os trabalhadores humanitários tenham isso em mente e tentem garantir que as mulheres sejam directamente consultadas e estreitamente envolvidas em todas as actividades empreendidas em seu benefício, a fim de que elas e os seus filhos possam exercer plenamente o seu direito à dignidade e à integridade da pessoa humana. A voz das mulheres continua a não ser ouvida nas mesas das negociações de paz e as suas necessidades e os seus interesses não são tidos em consideração nos tratados de paz. O relatório demonstra que, passados dez anos, as acções mandatadas pela plataforma de Pequim ainda não tiveram qualquer efeito. É evidente que o destino das mulheres afectadas pela guerra só pode ser melhorado se existir vontade política para tal. Senhora Comissária, a senhora mesma o demostrou. O governo e as instituições internacionais e regionais devem promover a participação das mulheres em todos os fóruns e actividades de paz a todos os níveis e não devemos esquecer que a formação dispensada aos procuradores, aos juízes e a outras pessoas com responsabilidades deve ter em conta as diferenças entre os sexos."@pt17
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@sk18
"Monsieur le Président, je félicite sincèrement Mme la rapporteur pour son engagement dans le rapport d'initiative proposé à notre Parlement. Elle analyse méthodiquement la situation des femmes dans les conflits armés mais aussi leur rôle dans le processus de paix. Le courage dont beaucoup de femmes font preuve face à l'adversité contredit le cliché qui présente les femmes comme étant les membres les plus vulnérables de la population dans les situations de conflit armé. Néanmoins, quand une guerre éclate, les femmes peuvent courir de grands dangers. Si certains de ces risques sont partagés avec l'ensemble de leur communauté, il est vrai que d'autres sont spécifiquement liés à leur condition de femmes. Des millions de femmes subissent les effets du cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination et du fanatisme et ce sont fréquemment elles qui souffrent le plus des conflits armés, en raison notamment d'inégalités préexistantes entre les sexes en matière d'alphabétisation, de santé et de revenus. La discrimination contre les femmes est à la fois une cause et une conséquence des privations dont elles sont victimes en temps de guerre. Il est impératif que les travailleurs humanitaires conservent cela à l'esprit et fassent en sorte que les femmes soient directement consultées et étroitement associées à toutes les activités entreprises en leur faveur, pour qu'elles et leurs enfants puissent jouir pleinement de leur droit à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine. La voix des femmes n'est toujours pas entendue aux tables des négociations de paix, leurs besoins et leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans les traités de paix. Le rapport démontre que les actions mandatées par la plateforme de Pékin demeurent encore, dix ans après, sans effet. Il est clair que le sort des femmes touchées par les guerres ne peut être amélioré que s'il existe une volonté politique. Madame la Commissaire, vous en faites preuve. Le gouvernement et les institutions internationales et régionales devraient promouvoir la participation des femmes dans tous les forums et activités de paix à tous les niveaux et il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de dispenser aux procureurs, juges et autres responsables une formation tenant compte des spécificités des genres."@sl19
"Herr talman! Jag vill uppriktigt lyckönska Véronique De Keyser för det engagemang hon har visat i det initiativbetänkande som lagts fram för parlamentet. Hon har metodiskt analyserat både situationen för kvinnor i väpnade konflikter och deras roll i fredsprocessen. Det mod som många kvinnor visat vid motgångar visar att klichén som framställer kvinnor som de mest sårbara i samhället vid väpnade konfliktsituationer inte är sann. När kriget bryter ut kan ändå kvinnor vara i stor fara. Medan vissa av dessa risker är gemensamma för hela deras samhälle är andra specifikt knutna till det faktum att de är kvinnor. Miljontals kvinnor lider av effekterna av den onda cirkeln av fattigdom, diskriminering och fanatism, och det är ofta de som lider mest av väpnade konflikter, särskilt på grund av redan befintliga ojämlikheter mellan könen när det gäller läs- och skrivkunnighet, hälsa och inkomst. Diskriminering av kvinnor är både orsaken till och konsekvensen av det lidande de drabbas av i krigstid. Det är absolut grundläggande för de som arbetar inom humanitära organisationer att hålla detta i minnet och arbeta för att se till att kvinnor konsulteras direkt och blir nära delaktiga i all verksamhet som genomförs för att gynna dem, så att de och deras barn fullt ut kan utöva sin rätt till mänsklig värdighet och integritet. Kvinnors röst hörs fortfarande inte vid fredsförhandlingsborden, och deras behov och intressen beaktas inte i fredsfördrag. Av betänkandet framgår att efter tio år har de åtgärder som förordnades i handlingsprogrammet i Peking fortfarande inte någon effekt. Det är uppenbart att situationen för kvinnor som påverkas av kriget endast kan förbättras om det finns en politisk vilja att göra det. Fru kommissionsledamot! Ni har gett prov på detta. Regeringen och de internationella och regionala institutionerna behöver öka kvinnors deltagande i alla forum och i all verksamhet i anslutning till fred på alla nivåer, och vi får inte glömma att utbildningen för åklagare, domare och andra människor med ansvar måste ta hänsyn till skillnaderna mellan könen."@sv21
lpv:unclassifiedMetadata

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph