Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2005-07-06-Speech-3-475"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20050706.35.3-475"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d’adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s’agissant de l’entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l’observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu’on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu’on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l’avons fait pour les autres pays adhérents, c’est-à-dire un an avant la date prévue pour l’adhésion. C’est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J’ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu’aujourd’hui, après la crise qu’est en train de connaître l’Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l’égard des institutions européennes, l’heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C’est pour ça que j’ai moi-même dit que j’étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l’ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d’Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@cs1
"Hr. formand, hr. kommissær, vi går ind for at optage Rumænien og Bulgarien i EU. Tempoet i tiltrædelsesprocessen afhænger udelukkende af kandidatlandene, og vi respekterer den indsats, der for tiden gøres i Sofia og i Bukarest i den forbindelse. Hvad angår optagelse af observatører i Parlamentet, vil jeg imidlertid gentage, hvad hr. Nassauer sagde. Vi skal træde ned fra elfenbenstårnet og overveje konsekvenserne af de beslutninger, som vi, og særlig Parlamentets instanser, træffer. Det er helt klart, at vi ikke kan acceptere observatører, inden Kommissionens rapport foreligger, og at vi ikke kan acceptere observatører fra Rumænien og Bulgarien tidligere end for de andre tiltrædelseslande, dvs. et år før den planlagte tiltrædelsesdato. Derfor støtter vi formelt beslutningsforslaget fra Gruppen for Det Europæiske Folkeparti (Kristelige Demokrater) og De Europæiske Demokrater. Vi synes, at det både politisk og lovmæssigt er yderst passende. Hr. formand, hr. kommissær, jeg vil tilføje, at generelt mener jeg, at det nu i betragtning af den nuværende krise i EU og den mistillid og mistænksomhed, som mange mennesker giver udtryk for over for EU-institutionerne, er tid til at konsolidere og overveje og ikke hovedkulds haste videre. Derfor sagde jeg selv, at jeg var forbavset over den måde, på hvilken Kommissionen udarbejdede forhandlingsmandatet med Tyrkiet. Jeg tror, at EU-institutionerne eksisterer langt væk fra de europæiske befolkningers virkelighed. Vi skal atter tilslutte os EU-befolkningens virkelighed, og derfor skal vi, hr. kommissær, på ny gennemgå det forhandlingsmandat, som De udarbejdede med Tyrkiet, og for at gennemgå det på ny og få tid til at gøre det skal vi udskyde forhandlingernes begyndelse. Konsolidering vil betyde mere EU. Hvis vi hovedkulds haster videre, får vi et splittet EU."@da2
"Herr Präsident, Herr Kommissar! Wir befürworten den Beitritt Rumäniens und Bulgariens. Die Schnelligkeit des Beitrittsprozesses hängt einzig und allein von den Beitrittskandidaten ab, und wir würdigen die gegenwärtig in Sofia und Bukarest in diesem Sinn unternommenen Anstrengungen. Doch was den Zeitpunkt für die Einladung der Beobachter in das Parlament betrifft, so möchte ich mich voll und ganz den Ausführungen meines Kollegen Nassauer anschließen. Wir müssen unseren Elfenbeinturm verlassen und über die Folgen der Entscheidungen, die wir und insbesondere die Organe dieses Parlaments treffen, nachdenken. Es ist völlig klar, dass die Beobachter nicht vor dem Bericht der Kommission eingeladen werden können und dass wir sie im Falle Rumäniens und Bulgariens nicht eher einladen können, als wir dies bei den anderen Beitrittsländer getan haben, das heißt ein Jahr vor dem vorgesehenen Beitrittsdatum. Daher unterstützen wir nachdrücklich die von der EVP eingebrachte Entschließung. Wir halten sie politisch und rechtlich für voll und ganz angemessen. Hinzufügen möchte ich, Herr Präsident, Herr Kommissar, dass ich generell der Meinung bin, dass angesichts der gegenwärtigen Krise Europas, angesichts der Skepsis und dem Misstrauen, das viele Völker den europäischen Institutionen entgegenbringen, Konsolidierung und Nachdenken angebracht sind, aber keine Flucht nach vorn. Daher habe ich auch gesagt, dass ich bestürzt über die Art und Weise war, in der die Kommission das Mandat für die Verhandlungen mit der Türkei vorbereitet hat. Meiner Meinung nach leben die europäischen Institutionen meilenweit von der Realität der europäischen Völker entfernt. Sie müssen wieder auf den Boden der Realität der europäischen Völker zurückkehren, und dazu, Herr Kommissar, muss das Mandat für die Verhandlungen mit der Türkei, das Sie ausgearbeitet haben, überprüft werden, und um es überprüfen zu können und uns die dafür notwendige Zeit einzuräumen, muss die Eröffnung der Verhandlungen verschoben werden. Konsolidierung bedeutet mehr Europa. Die Flucht nach vorn bedeutet eine Zersplitterung Europas."@de9
"Κύριε Πρόεδρε, κύριε Επίτροπε, είμαστε θετικά διακείμενοι στην ένταξη της Ρουμανίας και της Βουλγαρίας. Η ταχύτητα της διαδικασίας ένταξης εξαρτάται αποκλειστικά από τις υποψήφιες χώρες και σεβόμαστε τις προσπάθειες που καταβάλλονται στην παρούσα φάση στη Σόφια και στο Βουκουρέστι προς αυτή την κατεύθυνση.Όσον όμως αφορά την είσοδο των παρατηρητών στο Ευρωπαϊκό Κοινοβούλιο, θα επαναλάβω επακριβώς την παρατήρηση του συναδέλφου μου του κ. Nassauer. Πρέπει να βγούμε από το κλουβί μας και να στοχαστούμε τις συνέπειες των αποφάσεων που λαμβάνουμε, ιδίως δε των αποφάσεων που λαμβάνουν οι αρχές του Ευρωπαϊκού Κοινοβουλίου. Είναι απολύτως ξεκάθαρο ότι δεν μπορούμε να αποδεχθούμε παρατηρητές πριν από την έκθεση της Επιτροπής και δεν μπορούμε να το αποδεχθούμε για τη Ρουμανία και τη Βουλγαρία εφόσον δεν το αποδεχθήκαμε και για τις άλλες υποψήφιες χώρες, δηλαδή ένα έτος πριν από την προβλεπόμενη ημερομηνία ένταξης. Για αυτό και υποστηρίζουμε επίσημα το ψήφισμα το οποίο υπέβαλε το Ευρωπαϊκό Λαϊκό Κόμμα. Το θεωρούμε προσήκον τόσο από πολιτικής όσο και από νομικής άποψης.Προσθέτω, κύριε Πρόεδρε, κύριε Επίτροπε, ως γενικότερη διαπίστωση, ότι σήμερα, μετά την κρίση που μόλις γνώρισε η Ευρώπη, την επιφυλακτικότητα, τη δυσπιστία που εκφράζουν πολλοί λαοί έναντι των ευρωπαϊκών θεσμικών οργάνων, ήλθε η στιγμή της εδραίωσης και του στοχασμού και όχι της φυγής προς τα εμπρός. Για αυτό και είπα και εγώ ο ίδιος ότι εξεπλάγην με τον τρόπο που η Επιτροπή προετοίμασε την εντολή της διαπραγμάτευσης με την Τουρκία. Θεωρώ ότι τα ευρωπαϊκά θεσμικά όργανα ζουν έτη φωτός μακράν της πραγματικότητας των ευρωπαϊκών λαών. Πρέπει να συνειδητοποιήσουμε την πραγματικότητα των ευρωπαϊκών λαών, και για αυτό, κύριε Επίτροπε, πρέπει να επανεξετάσουμε την εντολή διαπραγμάτευσης, την οποία ετοιμάσατε με την Τουρκία, προκειμένου να την επανεξετάσουμε και για να μας δώσετε τον αναγκαίο χρόνο να το πράξουμε, να αναβάλουμε την έναρξη των διαπραγματεύσεων. Εδραίωση σημαίνει περισσότερη Ευρώπη. Η φυγή προς τα εμπρός σημαίνει μια διασκορπισμένη Ευρώπη."@el10
"Mr President, Commissioner, we are in favour of the accession of Romania and Bulgaria. The speed of the accession process depends solely on the candidate countries and we respect the efforts currently being made in Sofia and Bucharest to this end. With regard to the admission of observers to Parliament, however, I would echo precisely what Mr Nassauer said. We must step down from our ivory tower and consider the consequences of the decisions that we, and in particular the authorities of this Parliament, are taking. It is quite clear that we cannot accept observers prior to the Commission’s report, and that we cannot accept them for Romania and Bulgaria earlier than we did for the other accession countries, that is a year before the proposed date of accession. That is why we formally support the motion tabled by the Group of the European People’s Party (Christian Democrats) and European Democrats. We consider it to be extremely opportune in both political and legal terms. I would add, Mr President, Commissioner, that in general I think that, given the crisis that Europe is currently experiencing and the distrust and suspicion that many people are showing towards the European institutions, now is the time for consolidation and reflection, not a headlong rush forward. That is why I said myself that I was astounded at the way in which the Commission prepared the negotiating mandate with Turkey. I think that the European institutions are living a thousand leagues away from the reality of the European people. We must rejoin the reality of the European people, and to do that, Commissioner, we need to re-examine the negotiating mandate that you prepared with Turkey and, in order to re-examine it and to give us time to do so, we need to delay the opening of negotiations. Consolidation will mean more Europe. A headlong rush will mean a dispersed Europe."@en4
"Señor Presidente, señor Comisario, estamos a favor de la adhesión de Rumanía y Bulgaria. La velocidad del proceso de adhesión depende únicamente de los países candidatos y respetamos los esfuerzos que se realizan actualmente en Sofía y Bucarest en este sentido. Sin embargo, por lo que respecta a la admisión de observadores en el Parlamento, retomaré exactamente la observación hecha por mi colega el señor Nassauer. Debemos salir de nuestra burbuja y reflexionar sobre las consecuencias de las decisiones que tomamos y, en particular, que toman las autoridades de este Parlamento. Está muy claro que no se pueden aceptar observadores antes del informe de la Comisión y que no se pueden aceptar para Rumanía y Bulgaria antes de que lo hiciéramos para los demás países en proceso de adhesión, es decir, un año antes de la fecha prevista para la adhesión. Por ello, apoyamos formalmente la resolución presentada por el Grupo del Partido Popular Europeo (Demócrata-Cristianos) y de los Demócratas Europeos. Nos parece política y jurídicamente muy oportuna. Añadiré, señor Presidente, señor Comisario, que en general pienso que hoy, con la crisis que está viviendo Europa y el recelo y la desconfianza que manifiestan muchos pueblos hacia las instituciones europeas, ha llegado el momento de la consolidación y la reflexión, y no de la huida hacia delante. Por esta razón, yo mismo he dicho que me dejaba estupefacto el modo en que la Comisión ha preparado el mandato de negociación con Turquía. Pienso que las instituciones europeas viven a mil leguas de la realidad de los ciudadanos europeos. Hay que acercarse a la realidad de los ciudadanos europeos y, para eso, señor Comisario, hay que reexaminar el mandato de negociación con Turquía que usted preparó y, para reexaminarlo y dejarnos tiempo para ello, aplazar la apertura de las negociaciones. La consolidación quiere decir más Europa. La huida hacia adelante quiere decir una Europa dispersa."@es20
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@et5
"Arvoisa puhemies, arvoisa komission jäsen, me kannatamme Romanian ja Bulgarian EU-jäsenyyttä. Liittymisprosessin vauhti riippuu yksinomaan ehdokasvaltioista, ja arvostamme ponnisteluja, joita Sofiassa ja Bukarestissa tehdään parhaillaan tämän tavoitteen saavuttamiseksi. Tarkkailijoiden Euroopan parlamenttiin pääsyn osalta olen täsmälleen samaa mieltä siitä, mitä jäsen Nassauer aiemmin totesi. Meidän on laskeuduttava alas norsunluutornistamme ja pohdittava, mitä seurauksia on päätöksillä, joita me ja erityisesti parlamentin johto tekee. On aivan selvää, ettemme voi hyväksyä tarkkailijoiden läsnäoloa parlamentissa ennen komission kertomuksen valmistumista ja ettemme voi toimia Romanian ja Bulgarian kohdalla toisin kuin muiden valtioiden osalta aiemmin, jolloin tarkkailijat kutsuttiin parlamenttiin vuosi ennen ehdotettua liittymispäivämäärää. Tästä syystä tuemme muodollisesti Euroopan kansanpuolueen (kristillisdemokraatit) ja Euroopan demokraattien ryhmän esitystä. Pidämme sitä erittäin sopivana sekä poliittiselta että oikeudelliselta kannalta. Arvoisa puhemies, arvoisa komission jäsen, olen lisäksi yleisesti ottaen sitä mieltä, että kun otetaan huomioon Eurooppaa parhaillaan koetteleva kriisi sekä monien kansalaisten EU:n toimielimiä kohtaan tuntema epäluottamus ja epäluulo, nyt on lujittamisen ja pohdinnan eikä hätiköityjen ratkaisujen aika. Tämän vuoksi sanoin olleeni tyrmistynyt tavasta, jolla komissio valmisteli valtuutusta neuvottelujen aloittamiseksi Turkin kanssa. EU:n toimielimet elävät mielestäni erittäin kaukana Euroopan kansalaisten todellisuudesta. Arvoisa komission jäsen, meidän on palattava tähän todellisuuteen, ja se edellyttää Turkin osalta valmistelemanne neuvotteluvaltuutuksen uudelleentarkastelua. Saadaksemme puolestaan mahdollisuuden ja aikaa tarkastella tätä valtuutusta uudelleen meidän on lykättävä neuvottelujen alkamista. Vakauttaminen tarkoittaa yhtenäisempää Eurooppaa. Suin päin ryntääminen taas tarkoittaa hajaantunutta Eurooppaa."@fi7
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@hu11
"Signor Presidente, signor Commissario, siamo favorevoli all’adesione di Romania e Bulgaria. La rapidità del processo di adesione dipende soltanto dai paesi candidati, e rispettiamo gli sforzi che si stanno compiendo a Sofia e a Bucarest a tal fine. Per quanto riguarda l’ammissione degli osservatori al Parlamento, tuttavia, vorrei ripetere esattamente ciò che ha affermato l’onorevole Nassauer. Dobbiamo scendere dalla torre d’avorio e valutare le conseguenze delle decisioni che noi, e in particolare le autorità di questo Parlamento, prendiamo. E’ decisamente chiaro che non possiamo accogliere osservatori prima della relazione della Commissione e che non possiamo accettarli dalla Romania e dalla Bulgaria prima di quanto abbiamo fatto per gli altri paesi candidati, cioè un anno prima della data di adesione proposta. Per questo motivo diamo il nostro supporto formale alla proposta presentata dal gruppo del Partito popolare europeo (Democratici cristiani) e dei Democratici europei, che reputiamo estremamente opportuna sia dal punto di vista politico che da quello giuridico. Vorrei aggiungere, signor Presidente, signor Commissario, che in generale ritengo che, data la crisi che l’Europa sta attraversando in questo momento e la sfiducia e il sospetto che molti cittadini dimostrano nei confronti delle Istituzioni europee, ora sia il momento del consolidamento e della riflessione, non di un avventato balzo in avanti. Per questo motivo mi sono detto io stesso stupefatto del modo in cui la Commissione ha preparato il mandato negoziale con la Turchia. Penso che le Istituzioni europee si trovino a migliaia di chilometri di distanza dalla realtà dei cittadini europei. Dobbiamo ritornare alla realtà dei cittadini europei, e a tale scopo, signor Commissario, dobbiamo riesaminare il mandato negoziale che ha preparato con la Turchia e, al fine di riesaminarlo e di concederci il tempo necessario a riesaminarlo, dobbiamo posticipare l’apertura dei negoziati. Consolidamento significherà più Europa. Un balzo avventato significherà un’Europa frammentata."@it12
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@lt14
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@lv13
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@mt15
"Mijnheer de Voorzitter, mijnheer de commissaris, wij zijn voor de toetreding van Roemenië en Bulgarije. Hoe snel het toetredingsproces verloopt, hangt enkel en alleen van de kandidaat-lidstaten af en wij hebben waardering voor de inspanningen die met het oog hierop in Sofia en Boekarest worden verricht. Wat betreft de toelating van waarnemers tot het Parlement, sluit ik mij echter volledig aan bij wat mijn collega Nassauer heeft gezegd. Wij moeten uit onze ivoren toren komen en nadenken over de consequenties van de besluiten die wij en met name de autoriteiten van dit Parlement nemen. Het is klip en klaar dat wij geen waarnemers kunnen toelaten voordat de Commissie haar verslag heeft opgesteld, en dat waarnemers van Roemenië en Bulgarije niet eerder welkom zijn dan die van de andere toetredingslanden, namelijk een jaar voor de geplande toetreding. Daarom steunen wij uitdrukkelijk de resolutie van de PPE-DE-Fractie. Volgens ons is deze resolutie politiek en juridisch gezien uiterst opportuun. Mijnheer de Voorzitter, mijnheer de commissaris, verder ben ik van oordeel dat het nu tijd is voor consolidatie en bezinning en niet voor een vlucht naar voren. Europa verkeert momenteel in een crisis en veel bevolkingsgroepen staan sceptisch en wantrouwend tegenover de Europese instellingen. Daarom heb ik gezegd dat ik verbijsterd was over de manier waarop de Commissie het mandaat voor de onderhandelingen met Turkije heeft voorbereid. Mijns inziens staan de Europese instellingen mijlenver af van de realiteit zoals die door de Europese burgers ervaren wordt. Deze kloof moet worden overbrugd en daartoe moet het mandaat voor de onderhandelingen met Turkije worden heroverwogen, mijnheer de commissaris. Om dat te kunnen doen en ons de gelegenheid te bieden opnieuw naar dat mandaat te kijken, moeten we de start van de onderhandelingen uitstellen. Consolidatie leidt tot meer Europa. Een vlucht naar voren leidt tot een versnipperd Europa."@nl3
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@pl16
"Senhor Presidente, Senhor Comissário, somos favoráveis à adesão da Roménia e da Bulgária. A rapidez do processo depende unicamente dos países candidatos, e nós respeitamos os esforços que estão a ser envidados em Sófia e Bucareste nesse sentido. Porém, no que se refere à admissão de observadores no Parlamento, repetiria exactamente as palavras do senhor deputado Nassauer. Temos de descer da nossa torre de marfim e de ponderar as consequências das decisões que tomamos e, em especial, as consequências das que são tomadas pelas autoridades deste Parlamento. É absolutamente evidente que não podemos aceitar observadores antes da publicação do relatório da Comissão, e que não podemos aceitá-los para a Roménia e a Bulgária antes da altura em que os aceitámos para os outros países aderentes, ou seja, um ano antes da data de adesão proposta. É por isso que apoiamos formalmente a moção apresentada pelo Grupo do Partido Popular Europeu (Democratas-Cristãos) e dos Democratas Europeus, que consideramos perfeitamente oportuna, tanto em termos políticos como jurídicos. Gostaria de acrescentar, Senhor Presidente, Senhor Comissário, que de uma forma geral penso que, tendo em conta a crise que a Europa está a atravessar e a desconfiança e a suspeição que muitas pessoas manifestam em relação às Instituições europeias, é chegado o momento de consolidar e reflectir, e não de empreender uma fuga irreflectida para a frente. Foi essa a razão pela qual eu mesmo disse que estava estupefacto com a forma como a Comissão Europeia preparou o mandato de negociação com a Turquia. Penso que as Instituições europeias vivem realmente muito longe da realidade dos cidadãos europeus. Temos de regressar à realidade dos cidadãos europeus, e, para tanto, Senhor Comissário, vamos ter de reexaminar o mandato de negociação que preparou com a Turquia e, para V. Exa. o reexaminar e nos dar tempo para o fazermos também, vamos ter de adiar a abertura das negociações. Consolidação significará mais Europa. Fugir irreflectidamente para a frente significará uma Europa dispersa."@pt17
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@sk18
"Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, nous sommes favorables à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie La vitesse du processus d'adhésion dépend uniquement des pays candidats et nous respectons les efforts qui sont faits actuellement à Sofia et à Bucarest dans ce sens. Mais s'agissant de l'entrée des observateurs au Parlement, je reprendrais exactement l'observation faite par mon collègue Nassauer. Nous devons sortir de notre bulle et réfléchir aux conséquences des décisions que nous prenons et en particulier que les autorités de ce Parlement prennent. Il est tout à fait clair qu'on ne peut pas accepter des observateurs avant le rapport de la Commission et qu'on ne peut pas les accepter pour la Roumanie et la Bulgarie plus tôt que nous ne l'avons fait pour les autres pays adhérents, c'est-à-dire un an avant la date prévue pour l'adhésion. C'est pourquoi nous soutenons formellement la résolution qui a été présentée par le PPE. Elle nous paraît politiquement et juridiquement parfaitement opportune. J'ajoute, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, que de manière générale, je pense qu'aujourd'hui, après la crise qu'est en train de connaître l'Europe, la défiance, la méfiance que manifestent beaucoup de peuples à l'égard des institutions européennes, l'heure est à la consolidation et à la réflexion et non pas à la fuite en avant. C'est pour ça que j'ai moi-même dit que j'étais stupéfait par la manière dont la Commission a préparé le mandat de négociation avec la Turquie. Je pense que les institutions européennes vivent à mille lieues de la réalité des peuples européens. Il faut rejoindre la réalité des peuples européens, et pour ça, Monsieur le Commissaire, il faut réexaminer le mandat de négociation que vous avez préparé avec la Turquie et pour le réexaminer et nous laisser le temps de le réexaminer, reporter l'ouverture des négociations. La consolidation ça veut dire plus d'Europe. La fuite en avant ça veut dire une Europe dispersée."@sl19
"Herr talman, herr kommissionsledamot! Vi är positiva till Rumäniens och Bulgariens anslutning. Hur fort anslutningsprocessen går är helt upp till kandidatländerna och vi respekterar de insatser som för närvarande görs i Sofia och Bukarest på detta område. Men när det gäller observatörernas tillträde till parlamentet skulle jag vilja upprepa precis samma sak som Hartmut Nassauer sade. Vi måste komma ned från vårt elfenbenstorn och fundera över konsekvenserna av de beslut som vi, och i synnerhet parlamentets myndigheter, fattar. Det är helt uppenbart att vi inte kan acceptera några observatörer innan kommissionens rapport har kommit, och att vi inte kan acceptera observatörer från Rumänien och Bulgarien tidigare än vi gjorde för de andra anslutningsländerna, dvs. ett år före det föreslagna anslutningsdatumet. Det är därför som vi formellt stöder det förslag som har lagts fram av gruppen för Europeiska folkpartiet (kristdemokrater) och Europademokrater. Vi anser att det kommer extremt lägligt, både ur ett politiskt och rättsligt perspektiv. Herr talman, herr kommissionsledamot! Med den kris som EU genomgår just nu och det bristande förtroende och den misstänksamhet som många människor visar gentemot de europeiska institutionerna skulle jag också vilja tillägga att det enligt min mening nu krävs en allmän konsolidering och reflektion, och inte att man bara störtar iväg. Det var därför jag sade att jag var förvånad över kommissionens sätt att förbereda förhandlingsmandatet med Turkiet. Jag anser att EU-institutionerna lever tusentals mil från de europeiska medborgarnas verklighet. Vi måste åter knyta an till det europeiska folkets verklighet och för att göra det, herr kommissionsledamot, behöver vi återigen se över det förhandlingsmandat som ni utarbetade med Turkiet. För att få tid att kunna granska det på nytt behöver vi skjuta upp inledandet av förhandlingar. Konsolidering betyder mer Europa. Att bara rusa iväg kommer att leda till ett splittrat Europa."@sv21
lpv:unclassifiedMetadata
"Jacques Toubon (PPE-DE )."5,19,15,1,18,14,16,11,13,8

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph