Local view for "http://purl.org/linkedpolitics/eu/plenary/2005-05-12-Speech-4-017"

PredicateValue (sorted: default)
rdf:type
dcterms:Date
dcterms:Is Part Of
dcterms:Language
lpv:document identification number
"en.20050512.3.4-017"6
lpv:hasSubsequent
lpv:speaker
lpv:spoken text
"Monsieur le Président, l’affaire du textile chinois n’est qu’une simple illustration, Monsieur Mandelson, d’un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d’abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d’enlever les barrières; ensuite, la nécessité d’assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l’amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l’OMC, on a décidé d’abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L’article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l’affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c’est d’inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l’OMC la déduction de droits de douane par laquelle l’importateur ouvrirait à l’exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l’économie de l’importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l’achat de produits issus de l’économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C’est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C’est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@fr8
lpv:spokenAs
lpv:translated text
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@cs1
"Hr. formand, sagen om kinesiske tekstilvarer er blot et eksempel, som illustrerer et problem af langt mere vidtrækkende karakter, hr. Mandelson. Når det gælder den internationale handel, skal to modstridende størrelser forenes, for det første naturligvis behovet for samhandel og dermed behovet for at fjerne hindringerne herfor og for det andet behovet for at sikre beskæftigelsen, de sociale rettigheder osv. Dette problem løser man, hvis der spilles golf, ved at give den professionelle et handicap i forhold til amatøren. I den internationale handel var der etableret et handicap i form af toldafgifter. Men siden 1947 har man, via GATT og WTO, besluttet først at reducere toldafgifterne og dernæst at ophæve dem. Det bekræftes ved artikel 341 i forfatningen. Konsekvensen er ikke uventet sagen vedrørende Kina. Løsningen, hr. Mandelson, består i at etablere en ny toldteknologi. I stedet for at reducere og ophæve toldafgifterne bør De, hr. Mandelson, over for WTO foreslå fratrækning af toldafgifter, hvorved importøren åbner en toldkredit i eksportørens favør, en slags økonomisk trækningsrettighed i forhold til importørlandets økonomi. Et sådant system ville betyde, at kinesiske tekstilvarer, der indføres i Europa, pålægges toldafgift. Der ville blive åbnet en toldkredit i Kinas favør, som kun kunne udnyttes til køb af produkter, som hidrørte fra den europæiske økonomi. Der ville således blive skabt en positiv cirkel. Det er et system med kompensationsaftaler, offshoreaftaler. Det er et system i lighed med Marshall-planen, men kreditterne åbnes i dette tilfælde ved toldafgiften som sådan. Man ville hermed ved en ny toldteknologi løse det uløselige problem med virksomhedsflytninger."@da2
"Herr Präsident! Das Thema der chinesischen Textileinfuhren, Herr Mandelson, veranschaulicht lediglich ein viel umfassenderes Problem. Im Welthandel sind zwei gegensätzliche Elemente miteinander in Einklang zu bringen: erstens die offensichtliche Notwendigkeit, Handel zu treiben und daher Schranken zu beseitigen; und zweitens die Gewährleistung sicherer Arbeitsplätze sowie gesicherter sozialer Errungenschaften. Beim Golfsport zwischen Profi und Amateur wird dieses Problem dadurch gelöst, dass dem Profigolfer ein Handikap vorgegeben wird. Im internationalen Handel hatte man das Handikap der Zölle eingerichtet. Seit 1947 wurden jedoch im Rahmen des GATT und der WTO zuerst Zollsenkungen und später eine Aufhebung der Zölle beschlossen. Dies wird in Artikel 341 der Verfassung bestätigt. Die Folge ist natürlich die Sache mit China. Die Lösung, Herr Mandelson, bestünde in der Erfindung einer neuen Zolltechnik. Anstelle von Zollsenkung und Zollabbau sollten Sie, Kommissar Mandelson, der WTO einen Zollnachlass vorschlagen, wodurch der Importeur dem Exporteur einen Zollkredit – eine Art ökonomischen Wechsel auf die Wirtschaft des Importeurs – eröffnen würde. Bei diesem System würde auf chinesische Textilerzeugnisse bei ihrer Einfuhr in Europa ein Zoll erhoben und China ein Zollkredit eröffnet, der nur für den Kauf von Produkten aus der europäischen Wirtschaft in Anspruch genommen werden könnte. Auf diese Weise würde ein geschaffen. Das System entspräche dem der Kompensationsverträge, der Offshore-Verträge und des Marshall-Plans, wobei in diesem Fall der Kredit jedoch durch die Zollabgabe selbst eröffnet wird. Das schmerzliche Problem der Verlagerungen würde damit durch eine neue Zolltechnik gelöst."@de9
"( Κύριε Πρόεδρε, η υπόθεση της κινεζικής κλωστοϋφαντουργίας δεν είναι παρά ένα απλό παράδειγμα, κύριε Mandelson, ενός πολύ μεγαλύτερου προβλήματος. Στο διεθνές εμπόριο πρέπει να συμβιβαστούν δύο αντιφατικά στοιχεία: αφενός, προφανώς, η ανάγκη να εμπορευόμαστε και άρα να άρουμε τους φραγμούς· αφετέρου, η ανάγκη να διασφαλίσουμε τη διατήρηση της απασχόλησης και των κοινωνικών κεκτημένων. Στο γκολφ λύνουν αυτό το πρόβλημα δίνοντας στον επαγγελματία ένα μειονέκτημα. έναντι του ερασιτέχνη. Στο διεθνές εμπόριο είχε δημιουργηθεί το μειονέκτημα των τελωνειακών δασμών. Όμως, από το 1947 και εξής, με τη GATT και τον ΠΟΕ, αποφασίστηκε καταρχάς να μειωθούν οι τελωνειακοί δασμοί και στη συνέχεια να καταργηθούν. Το επιβεβαιώνει το άρθρο 341 του Συντάγματος. Το επακόλουθο αυτών είναι προφανώς η κινεζική υπόθεση. Η λύση, κύριε Mandelson, είναι να επινοήσουμε μία νέα τελωνειακή τεχνολογία. Αντί της μείωσης και της κατάργησης των τελωνειακών δασμών, εσείς, κύριε Mandelson, πρέπει να προτείνετε στον ΠΟΕ την έκπτωση των τελωνειακών δασμών. Κατ’ αυτόν τον τρόπο, ο εισαγωγέας θα άνοιγε στον εξαγωγέα μια τελωνειακή πίστωση, ένα είδος οικονομικού δικαιώματος ανάληψης επί της οικονομίας του εισαγωγέα. Με αυτό το σύστημα, τα κινεζικά κλωστοϋφαντουργικά προϊόντα που φθάνουν στην Ευρώπη θα υποβάλλονταν σε τελωνειακό δασμό και θα άνοιγε στην Κίνα μια τελωνειακή πίστωση, η οποία θα μπορούσε να χρησιμοποιηθεί μόνο για την αγορά προϊόντων που προέρχονται από την ευρωπαϊκή οικονομία. Θα δημιουργούσαμε κατ’ αυτόν τον τρόπο έναν εσθλό κύκλο. Θα ήταν σαν το σύστημα των αντισταθμιστικών συμβάσεων, των υπεράκτιων συμβάσεων και του σχεδίου Μάρσαλ, αλλά σε αυτήν την περίπτωση η πίστωση ανοίγεται από τον ίδιο τον τελωνειακό δασμό. Θα επιλύαμε έτσι το ακανθώδες πρόβλημα των μετεγκαταστάσεων με μία νέα τελωνειακή τεχνολογία."@el10
"Mr President, the Chinese textiles affair is just one illustration, Mr Mandelson, of a much greater problem. In international trade, two contradictory elements need to be reconciled: firstly, and obviously, the need to trade and therefore to remove barriers; and, secondly, the need to ensure that jobs and social benefits are secure. In pro-am golf, this problem is resolved by giving the professional a handicap. In international trade, the handicap of customs duties had been created. With the GATT and the WTO, decisions have, however, been taken since 1947 firstly to reduce the duties and then to abolish them. Article 341 of the Constitution confirms this. Clearly, the upshot of this is the Chinese affair. The solution, Mr Mandelson, is to invent a new customs technology. Instead of reducing and abolishing duties, you, Commissioner Mandelson, need to propose to the WTO that it reduce duties. In this way, the importer would make a customs credit – a kind of economic drawing on the importer’s economy - available to the exporter. The system would impose a duty on Chinese textiles coming into Europe and provide China with a customs credit which could only be used for purchasing products that had emerged from the European economy. In this way, a virtuous circle would be created. The system would resemble the compensated contracts, offshore contracts and Marshall Plan systems but, in this case, the credit is made available by the customs duty itself. The thorny problem of relocations would thus be resolved in terms of a new customs technology."@en4
"Señor Presidente, el asunto del textil chino no es más que una ilustración, señor Mandelson, de un problema mucho mayor. En el comercio internacional hay que conciliar dos elementos contradictorios: en primer lugar, por supuesto, la necesidad de comerciar y, por tanto, de eliminar barreras; en segundo lugar, la necesidad de garantizar la seguridad del empleo y las prestaciones sociales. En el golf, este problema se resuelve dando un al profesional. En el comercio internacional se había creado el de los derechos de aduana. Pero desde 1947, con el GATT y la OMC, se decidió primero reducir los derechos de aduana y después suprimirlos. El artículo 341 de la Constitución lo confirma. La consecuencia evidente es el asunto chino. La solución, señor Mandelson, es inventar una nueva tecnología aduanera. En vez de reducir y suprimir los derechos de aduana, debe proponer a la OMC, Comisario Mandelson, que reduzca los derechos de aduana. De este modo, el importador concedería al exportador un crédito aduanero, una especie de derecho de giro económico sobre la economía del importador. Con este sistema, los textiles chinos que llegaran a Europa soportarían derechos de aduana y generarían para China un crédito aduanero que solo podría utilizarse para la compra de productos procedentes de la economía europea. Se crearía así un círculo virtuoso. El sistema se parecería al de los contratos compensados, los contratos sistemas del plan Marschall, pero en este caso el crédito viene generado por el propio derecho de aduana. Así, con una nueva tecnología aduanera se resolvería el espinoso problema de las deslocalizaciones."@es20
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@et5
"Arvoisa puhemies, kiinalaiset tekstiilit ovat vain yksi havainnollinen esimerkki, arvoisa komission jäsen Mandelson, paljon suuremmasta ongelmasta. Kansainvälisessä kaupassa on sovitettava yhteen kaksi ristiriitaista näkökohtaa: ensinnäkin on ilmeistä, että kauppaa on käytävä, ja esteet on siten poistettava, toisaalta on taattava työpaikkojen ja sosiaalisten säännösten ynnä muiden sellaisten varmuus. Golfissa tämä pulma on ratkaistu antamalla amatööreille tasoitusta suhteessa ammattilaisiin. Kansainvälisessä kaupassa annetaan tasoitusta tullimaksujen muodossa. GATTin ja Maailman kauppajärjestön puitteissa on kuitenkin tehty päätös ensin vuonna 1947 tullimaksujen alentamisesta ja sittemmin niiden poistamisesta. Tämä on vahvistettu perustuslain 341 artiklassa. Yksi luonnollinen seuraus on tietenkin Kiinan kysymys. Arvoisa komission jäsen Mandelson, ratkaisu on uuden tullitekniikan kehittäminen. Tullimaksujen alentamisen ja poistamisen sijasta teidän, arvoisa komission jäsen, on ehdotettava Maailman kauppajärjestölle tullimaksujen vähennyskelpoisuutta. Tällä tavoin maahantuoja luo maastaviejän käyttöön tullikertymää, joka tarkoittaa eräänlaista maahantuojan alkuperämaan talouteen sovellettavaa nosto-oikeutta. Tässä järjestelmässä Eurooppaan saapuvista kiinalaisista tekstiileistä maksettaisiin tullia, mutta Kiinalle syntyisi tullikertymää, jota maa voisi käyttää Euroopan talousalueella valmistettujen tavaroiden ostamiseen. Tällä tavalla synnytettäisiin myönteinen kierre. Järjestelmä muistuttaa kompensaatiosopimuksia ja offshore-sopimuksia sekä Marshall-avun järjestelmää, mutta tässä tapauksessa saatavaa syntyy juuri tullimaksun perusteella. Tällä uudella tullitekniikalla ratkaistaisiin myös visainen toimintojen siirtämisen ongelma."@fi7
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@hu11
"Signor Presidente, la vicenda dei prodotti tessili cinesi è un semplice esempio – mi rivolgo ora al Commissario Mandelson – di un problema assai più vasto. Nel commercio internazionale occorre conciliare due elementi contraddittori: da un lato, evidentemente, la necessità di commerciare e quindi di eliminare le barriere; dall’altro, la necessità di garantire sicurezza all’occupazione, alle conquiste sociali, e così via. Nelle gare di golf tra dilettanti e professionisti, il problema si risolve assegnando un a questi ultimi. Nel commercio internazionale era stato introdotto l’ dei dazi doganali; ma dal 1947 in poi, con il GATT e l’OMC, si è deciso prima di ridurre e poi di eliminare del tutto tali dazi. L’articolo 341 della Costituzione lo conferma. La questione cinese è evidentemente conseguenza di tutto ciò; per risolverla, Commissario Mandelson, occorre elaborare una nuova tecnologia doganale. Anziché ridurre e sopprimere i dazi doganali, signor Commissario, lei dovrebbe proporre all’OMC una riduzione di tali dazi tramite la quale l’importatore aprirebbe all’esportatore un credito doganale, una specie di diritto di prelievo economico sull’economia dell’importatore. Con questo sistema, ai prodotti tessili cinesi che giungono in Europa verrebbe imposto un dazio doganale, che aprirebbe alla Cina un credito doganale da utilizzare unicamente per l’acquisto di prodotti dell’economia europea; verrebbe in tal modo a crearsi un circolo virtuoso. E’ il sistema dei contratti compensati, dei contratti ; è il sistema del piano Marshall, ma in questo caso il credito viene aperto dallo stesso dazio doganale. Così, una nuova tecnologia doganale risolverebbe l’insolubile problema delle delocalizzazioni."@it12
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@lt14
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@lv13
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@mt15
"Mijnheer de Voorzitter, mijnheer Mandelson, de kwestie van het textiel uit China is niet meer dan één voorbeeld; het eigenlijke probleem is veel groter. Bij de internationale handel moeten twee tegengestelde elementen met elkaar worden verenigd: om te beginnen moeten we natuurlijk handel kunnen drijven en daarom moeten handelsbarrières worden geslecht; vervolgens is het van belang dat we banen zeker stellen en sociale verworvenheden garanderen. In golfwedstrijden tussen amateurs en professionals lost men dat probleem op door de beroepsspeler een handicap te geven ten opzichte van de amateur. In de internationale handel hebben we douanerechten ingesteld om als zo’n handicap te fungeren. Sinds 1947 heeft men in het kader van de GATT en de WTO eerst besloten de douanerechten te verlagen en nu worden ze helemaal afgeschaft. Artikel 341 van de Grondwet bevestigt dat. Het Chinese probleem is daar het noodzakelijke gevolg van. De oplossing ligt dus besloten in het verzinnen van een nieuwe douanetechniek, mijnheer Mandelson. In plaats van de douanerechten te verlagen en vervolgens af te schaffen, moet u de WTO voorstellen een mindering van douanerechten in te stellen, en wel zodanig dat het invoerland het uitvoerland een douanekrediet verleent. Een soort economische trekkingsrechten ten aanzien van de economie van het invoerland. Volgens dit systeem zou voor textiel uit China een douanerecht gelden. Er zou voor China dan een douanekrediet worden geopend, en dat krediet kan China alleen gebruiken voor de aankoop van producten die door de Europese economie worden voortgebracht. Zo creëer je een positieve spiraal. Het is het systeem van de gecompenseerde overeenkomsten, de offshore-contracten. Hetzelfde systeem als het Marshallplan – het verschil is alleen dat hier een krediet worden geopend op basis van een douanerecht. Met deze nieuwe douanetechniek kunnen we het lastige probleem van de verhuizende ondernemingen oplossen."@nl3
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@pl16
"Senhor Presidente, Senhor Comissário Mandelson, a questão dos têxteis chineses não é mais do que uma simples ilustração de um problema muito mais vasto. No comércio internacional, é necessário conciliar dois elementos contraditórios: em primeiro lugar, naturalmente, a necessidade de manter relações comerciais e, por conseguinte, de suprimir as barreiras; em segundo lugar, a necessidade de garantir a segurança dos postos de trabalho e das regalias sociais. No golfe, este problema é resolvido através da criação de um entre o profissional e o amador. No comércio internacional, tinha sido criado o dos direitos aduaneiros. Desde 1947, porém, com o GATT e a OMC, têm vindo a ser tomadas decisões, primeiro, para reduzir os direitos aduaneiros e, posteriormente, para os suprimir. O artigo 341º da Constituição confirma-o. O desfecho é, claramente, o caso chinês. A solução, Senhor Comissário Mandelson, é inventar uma nova tecnologia aduaneira. Em vez de reduzir e suprimir os direitos aduaneiros, Senhor Comissário, V. Exa. deverá propor à OMC a dedução de direitos aduaneiros; dessa forma, o importador abriria um crédito aduaneiro ao exportador, uma espécie de direito de saque económico sobre a economia do importador. Este sistema levaria à imposição de direitos aduaneiros sobre os têxteis chineses que entrassem na Europa e abriria à China um crédito aduaneiro que apenas poderia ser utilizado para a aquisição de bens produzidos pela economia europeia. Criar-se-ia, deste modo, um círculo virtuoso. O sistema assemelhar-se-ia aos contratos compensados, aos contratos e ao sistema do Plano Marschall, mas, neste caso, o crédito é aberto pelo próprio direito aduaneiro. O complexo problema das deslocalizações seria assim resolvido por uma nova tecnologia aduaneira."@pt17
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@sk18
"Monsieur le Président, l'affaire du textile chinois n'est qu'une simple illustration, Monsieur Mandelson, d'un problème beaucoup plus grand. Dans le commerce international, il faut concilier deux éléments contradictoires: d'abord, évidemment, la nécessité de commercer et donc d'enlever les barrières; ensuite, la nécessité d'assurer la sécurité des emplois, des acquis sociaux etc. Au golf, on résout ce problème en créant un handicap entre le pro et l'amateur. Dans le commerce international, on avait créé le handicap des droits de douane. Mais depuis 1947, avec le GATT et l'OMC, on a décidé d'abord de réduire les droits de douane et ensuite de les supprimer. L'article 341 de la Constitution le confirme. La conséquence est évidemment l'affaire chinoise. La solution, Monsieur Mandelson, c'est d'inventer une nouvelle technologie douanière. Au lieu de réduire et supprimer les droits de douane, il faut que vous, commissaire Mandelson, vous proposiez à l'OMC la déduction de droits de douane par laquelle l'importateur ouvrirait à l'exportateur un crédit douanier, une espèce de droit de tirage économique sur l'économie de l'importateur. Avec ce système, le textile chinois arrivant en Europe supporterait un droit de douane; il ouvrirait à la Chine un crédit douanier, qui ne pourrait être utilisé que pour l'achat de produits issus de l'économie européenne. On créerait ainsi un cercle vertueux. C'est le système des contrats compensés, des contrats offshore. C'est le système du plan Marschall, mais le crédit est ouvert, dans ce cas-ci, par le droit de douane lui-même. On résoudrait ainsi le problème insoluble des délocalisations par une nouvelle technologie douanière."@sl19
"Herr talman, herr Mandelson! Frågan om kinesiska textilier är bara ett belysande exempel på ett mycket större problem. Två motstridiga faktorer måste förenas i världsekonomin: För det första har vi naturligtvis behovet av handel, som innebär att handelshindren måste undanröjas, och för det andra behovet av tryggade arbetstillfällen och sociala förmåner. I golftävlingar där både proffs och amatörer deltar löser man detta problem genom att ge proffsen ett handikapp. Inom världshandeln har handikappet tullavgifter skapats. Inom ramen för GATT och WTO har man sedan 1947 dock fattat beslut först om att sänka tullarna och sedan om att avskaffa dem helt. Detta bekräftas i artikel 341 i konstitutionen. Problemet med Kina är naturligtvis följden av allt detta. Peter Mandelson! Lösningen är att uppfinna en ny tullteknik. I stället för att sänka och avskaffa tullarna måste ni, kommissionsledamot Mandelson, uppmana WTO att sänka tullarna. På så sätt skulle importören göra en tullkredit – ett slags ekonomisk trassering på importörens ekonomi – tillgänglig för exportören. Genom detta system skulle tullavgifter tas ut på kinesiska textiler som importerades till EU, och Kina skulle få en tullkredit som endast kunde användas till att köpa produkter som hade tillverkats inom EU. På detta sätt skulle en rättvis cirkel skapas. Systemet skulle likna kompensationskontrakten, offshore-kontrakten och systemen inom ramen för Marshallplanen, men i detta fall blir krediten tillgänglig genom själva tullavgiften. Det tvistiga problemet med omlokaliseringar skulle lösas med hjälp av denna nya tullteknik."@sv21
lpv:unclassifiedMetadata
"Jean-Claude Martinez (NI )."5,19,19,15,1,18,14,16,11,10,13,8
"handicap"20,17,12
"offshore y los"20

Named graphs describing this resource:

1http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Czech.ttl.gz
2http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Danish.ttl.gz
3http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Dutch.ttl.gz
4http://purl.org/linkedpolitics/rdf/English.ttl.gz
5http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Estonian.ttl.gz
6http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Events_and_structure.ttl.gz
7http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Finnish.ttl.gz
8http://purl.org/linkedpolitics/rdf/French.ttl.gz
9http://purl.org/linkedpolitics/rdf/German.ttl.gz
10http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Greek.ttl.gz
11http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Hungarian.ttl.gz
12http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Italian.ttl.gz
13http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Latvian.ttl.gz
14http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Lithuanian.ttl.gz
15http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Maltese.ttl.gz
16http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Polish.ttl.gz
17http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Portuguese.ttl.gz
18http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovak.ttl.gz
19http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Slovenian.ttl.gz
20http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Spanish.ttl.gz
21http://purl.org/linkedpolitics/rdf/Swedish.ttl.gz
22http://purl.org/linkedpolitics/rdf/spokenAs.ttl.gz

The resource appears as object in 2 triples

Context graph